Deux débardeurs en soie peinte à la main

débardeur

Voilà un gros chantier que j’hésitais depuis un moment à lancer : deux débardeurs, pour ma pitchoune et moi, en soie peinte à la main… où je ferais tout moi-même. Je me suis décidée, et avec beaucoup de patience, j’y suis arrivée !

J’ai choisi des patrons simples, cela valait mieux pour un premier essai de vêtement peint sur soie : des débardeurs faits de deux pièces de tissu, un dos et un devant. Après avoir taillé le patron sur papier et coupé des rectangles de soie de taille adaptée à mon patron, j’ai tracé les contours de chaque pièce sur la soie au crayon.

Après cela, le plus amusant fut de choisir le motif que j’allais peindre. Pour le petit débardeur, j’ai puisé dans Motifs de transfert pour enfants et j’ai imprimé avec mon ordinateur une sorte de gabarit que je n’ai eu qu’à décalquer. Je n’ai pas tout décalqué au crayon, il en aurait eu pour des heures ! Je me suis contentée de marquer au crayon quelques repères par-ci par-là au cas où le papier bougerait sous la soie (et il l’a souvent fait).

Pour le grand débardeur, je voulais des motifs polynésiens, mais je n’avais rien en stock dans mes divers livres et cahiers. J’ai longuement surfé sur le Net et j’ai fini par tomber sur un vendeur de paréos qui montrait quelques tissus. J’ai dupliqué l’image et l’ai assemblée du mieux que j’ai pu avec un logiciel de retouche, puis je l’ai imprimé en grand et scotchée directement sur l’envers de ma soie avant de décalquer les motifs à la gutta transparente.

C’est une fois lancée dans ce genre de travail qu’on s’aperçoit qu’il va y en avoir pour des heures et qu’il faudra mobiliser toute notre patience pour en venir à bout ! Mais finalement, avec un polar en fond sonore, le temps passe tout doucement et on finit par y arriver.

Une fois les motifs décalqués à la gutta et bien séchés, je suis passée à l’étape peinture. Cela a toujours été ma préférée, j’adore voir la peinture liquide filer sur la soie jusqu’au trait de gutta. Attention, pour que cela marche bien, il faut convenablement laver la soie avant usage, sans quoi l’apprêt l’empêche de se diffuser librement.

Lorsque la peinture a été sèche, je n’ai plus eu qu’à la fixer au fer sur l’envers avant de laver mes pièces à nouveau, ce qui a eu pour effet d’éliminer les traits de crayon et la gutta incolore, rendant à la soie toute sa souplesse.

Cela fait, l’étape montage a peut-être été la plus rapide : quelques coutures, quelques ourlets, une parementure de biais autour du cou, permettant de piquer une coulisse qui accueille un élastique pour ma princesse, un joli ruban de satin pour moi… et le tour est joué ! Il n’y a plus qu’à attendre l’été pour les porter.

J’ai réussi mon pari d’un vêtement entièrement peint à la main, je suis ravie et fière de moi d’avoir mené ce projet à bien jusqu’au bout. Je n’hésiterai pas à recommencer quand une nouvelle idée viendra me titiller. Peut-être pour un kimono ?

Blouse printanière

blouse

C’est moins austère que ce dont j’ai l’habitude et j’avoue que je me sens un peu fofolle et ridicule quand je la porte ! Mais, que voulez-vous… c’est le printemps.

J’avais aimé le côté fluide et transparent du tissu (je vous rassure, je porte cette blouse sur un petit débardeur !), les couleurs vives et les paillettes dorées discrètes. Pas trop mon genre, mais bon, je ne peux pas m’habiller constamment en gris et en noir. Mon petit mari, lui, m’aime en couleurs vives.

Le patron, c’est encore un Burda superfacile. Ce qu’il y a de chouette avec les coupes allemandes, même si elles manquent parfois de sophistication, c’est qu’on n’y est pas engoncée : leurs patrons sont coupés pour de véritables Européennes, et non pour des Japonaises fluides et dénuées de poitrine, comme certains des vêtements que l’on trouve dans le commerce. Je loge mon 42 à l’aise dans les patrons Burda, alors qu’il m’arrive d’acheter du 50 dans les vêtements de prêt-à-porter pour me sentir à l’aise… ce qui nécessite fatalement quelques retouches ici et là…

Aucun souci, donc, dans la réalisation, vu la simplicité du patron. Je ne me suis surtout pas embêtée à couper un biais pour faire la coulisse qui fronce le haut de la blouse, comme Burda le réclame systématiquement. Je trouve que cela gaspille beaucoup de tissu et que c’est casse-pieds à faire. Avec un joli ruban de satin, l’effet est parfait et instantané !

 

Veste de kimono gansée

veste

Voilà une veste toute simple et très facile à réaliser que, pour ma part, je trouve très élégante. Décidément, j’aime de plus en plus la forme kimono !

Je suis partie sensiblement du même patron que pour la veste kimono réversible que je vous présentais il y a quelque mois. Simplement, le col est légèrement moins échancré et les manches sont plus larges et plus courtes, ce qui augmente l’effet “japonisant”. J’ai utilisé un lainage pied-de-poule violet et noir très chic et très souple, qui conviendrait sans doute mieux pour un tailleur, mais j’aime bien le mélange des genres.

Au lieu de m’embêter avec un ourlet, j’ai tout simplement gansé les bords avec du ruban de satin noir. Ce n’est pas très compliqué à faire et ça donne un côté très soigné. Je porte ce kimono ouvert sur un petit corsage chinois en satin noir, ou sur un débardeur en soie noire, ou alors fermé par une jolie broche dorée, ou bien par une épingle de cravate ornée d’une jolie perle.

Pour celles qui le souhaitent, j’ai réalisé une fiche permettant de confectionner cette veste. Vous la trouverez dans la page du blog réservée aux fiches et patrons.

veste

Premier échange de mail-art

mail art

J’ai découvert en surfant le superbe blog d’une calligraphe qui parlait de mail-art. Elle a eu la gentillesse, en échange de mon com, de m’envoyer un vrai mail-art pour me mettre le pied à l’étrier. Le voici présenté sur son blog, que je vous mets en photo (c’est celui du dessus, ma réponse est en dessous). Du coup, je lui en ai fait un aussi, après avoir fini par mettre la main sur l’outil qui me manquait : un aérosol de colle permettant d’appliquer du tissu sur du papier… J’ai donc peint un carré de soie avec l’adresse et un motif, puis j’ai appliqué cette soie sur une feuille de papier. Je n’ai plus eu qu’à découper et coller pour faire cette enveloppe. Elle est arrivée à destination aujourd’hui. Merci à Cécile pour m’avoir fait découvrir le mail-art !

Encore un petit sac !

sac

Il y a longtemps que ça traînait : lorsque j’ai fait le gros sac de voyage de Marie-Claire Idées que j’ai présenté fin janvier, il me restait des fournitures et je m’étais juré d’en faire un plus petit assorti (j’avais même racheté les fermetures Éclair). Et puis j’ai laissé cela attendre des mois, comme souvent… Mais récemment j’ai pris de bonnes résolutions : terminer tous mes ouvrages de couture en souffrance avant d’entreprendre quoi que ce soit de nouveau ! Du coup, c’est sûr, il y aura beaucoup de couture dans mes pages de blog dans les semaines à venir… Le sac est fait, en tout cas ; j’en suis très contente : avec sa forme tout allongée, c’est l’idéal pour ranger mon tricot en voyage.

Mon premier boutis !

boutis

Cela faisait longtemps que je voulais essayer cette technique. J’avais acheté un kit au salon Créations et Savoir-Faire pour m’y initier il y a presque deux ans, mais j’ai mis du temps à m’y mettre, car j’étais noyée dans le tricot…

C’est vrai que pour apprendre, rien de mieux qu’un kit. Celui que j’ai acheté aux Boutis de Lucie est mignon et tout simple, et je l’ai transformé en coussin à aiguilles. J’ai promis-juré à mon petit mari de ne pas acheter de fournitures pour de nouveaux ouvrages tant que j’aurais des encours, mais j’ai hâte de pouvoir créer mes propres modèles ! J’ai une idée de plaid pour bébé, chut ! Je vous en parlerai plus tard.

En tout cas, contrairement à ce que je craignais, le boutis n’est pas une technique insurmontable, ni très compliquée. En revanche, il y faut beaucoup de soin et de patience. Les explications du kit étaient très claires et je n’ai eu aucune mauvaise surprise. Non seulement j’ai terminé cet ouvrage assez vite (prudente, j’avais décidé de commencer par quelque chose d’assez petit), mais je suis extrêmement fière du résultat. Me voilà séduite par le boutis.

Robe d’été pour fillette

robe

L’été approche, si si ! Voici une petite robe toute simple, ou presque, pour frimer devant les copines…

C’est chez Bouchara que j’ai trouvé ce tissu fleuri adorable ; j’en ai pris un mètre sans me poser de questions, je trouverais bien un patron pour en faire une petite robe d’été. Et le patron, je l’avais, c’est le numéro 3023 chez “Burda Start”. Il est facile à réaliser et je commence à le connaître – et puis, j’arrive à la dernière taille, alors je me dépêche d’en profiter… Ces modèles ne sont vraiment pas difficiles à faire. Je ne m’en lasse pas, ils me permettent de me lancer dans la couture sans trop d’angoisses.

Pour agrémenter un peu cette petite robe et lui donner un côté encore plus “jeune fille en fleur(s)”, j’ai ajouté un étroit volant de tulle bleu froncé au bas de la jupe. Dix centimètres de tulle, ce n’est pas très cher, et il n’y a rien de tel pour réjouir une petite fille !

Edit : depuis, j’ai dû remplacer deux fois cette bordure en tulle qui se déchiquetait inexplicablement… j’ai fini par connaître le fin mot de l’histoire : les camarades de classe de mademoiselle Princesse étaient tellement fascinées par le tulle qu’elle en arrachait de gros morceaux pour les leur offrir ! Depuis, plus de tulle 😉

Twin-set pour petite fille

tricot

Ça y est, j’ai enfin fini le twin-set Gil et Puce de ma petite chérie ! Je suis ravie, j’ai l’impression d’avoir fait du bon travail. Pour une fois, je n’ai pas tricoté trop serré et la maille est bien souple, ce sera confortable. J’adore la petite bordure au crochet de la veste, toute simple et très rapide à faire. Ah ! Je vais pouvoir prendre d’autres aiguilles et travailler pour ma copine irlandaise, qui attend son deuxième !

tricot

Carnet d’adresses relié et scrapbooké

scrapbooking

Oui, je sais, cinq ans, c’est un peu tôt pour faire des mondanités… mais ma puce est déjà souvent invitée à des anniversaires, et invite à son tour ses petites copines… Bref, il lui fallait un carnet d’adresses.

Eh oui, ce sont mes début en scrapbooking ! J’ai combiné cette technique avec celles de la reliure et du gaufrage pour réaliser ce carnet d’adresses plutôt kitch, mais tout à fait dans le goût de ma rosomaniaque.

J’ai utilisé des cartes à imprimer ivoire pliées en deux, les mettant l’une dans l’autre pour réaliser des cahiers de huit pages. La lettre du répertoire est gaufrée dans le coin supérieur droit de chaque page (j’ai utilisé un pochoir alphabet pour Shapeboss trouvé sur Ebay).

Ensuite, j’ai réuni les cahiers en les cousant selon la technique habituellement utilisée en reliure, un peu casse-pieds mais pas vraiment difficile à faire, et c’est beaucoup plus solide qu’une reliure collée.

J’ai utilisé le modèle de couverture que le préfère : trois morceaux de carton gris (deux plats et un dos) recouverts de papier, du Canson vieux rose pour le dos et les coins, du papier vergé ivoire pour les plats. Dès qu’on a l’habitude, c’est l’affaire d’une heure ! Mais il faut absolument posséder un plioir pour faire un travail propre, surtout au niveau des coins.

Avec un peu de ruban rose, j’ai fait un lien pour fermer le carnet.

C’est pour la déco que je me suis lâchée, avec des petits décors autocollants de scrapbooking et une étiquette gaufrée avec le même pochoir qu’à l’intérieur. Tout ce rose et ces fleurettes ont enchanté mon apprentie princesse !

Tenue de sport pour poupée

Quand j’ai découvert la poupée Claire, dans Marie-Claire Idées, je me suis dit : “Quelle bonne idée ! Comme ce sera amusant de faire des petits vêtements de poupée avec mes restes de laine et de tissu ! Je ne manquerai plus un numéro du journal et quand j’aurai constitué une belle garde-robe à cette poupée, je l’offrirai à ma fille. Elle sera ravie !”

Bonne résolution…

Je me suis donc dépêchée de commander la poupée et, lorsque je l’ai reçue, j’ai immédiatement confectionné la première tenue proposée, ce petit ensemble sport ou plage, avec des chutes de laine et le tissu d’un bas de survêtement. En effet je suis de petite taille et je coupe toujours 15 à 18 cm de mes pantalons pour pouvoir les porter ; je ne jette jamais ces morceaux de tissu qui me servent entre autres à… rallonger les pantalons de ma fille qui, elle, est tout en longueur !!!

Mais, bonne résolution… pas tenue…

Après cela, incapable d’attendre trois mois le modèle suivant, je me suis amusée à inventer une robe du soir avec des chutes de mohair provenant d’un twin-set très élégant que ma mère avait confectionné pour moi (ci-dessous). Après quoi… eh bien, l’enthousiasme est retombé, j’ai rangé la poupée et ses quelques vêtements dans sa petite valise et je me suis remise à mes ouvrages de broderie et de layette. Depuis, je n’ai rien fait pour Claire ! J’en rougis de honte lorsque je vois le travail superbe qu’on fait certaines d’entre vous pour elle, notamment Mamie Cocotte qui a présenté une superbe robe le 27 février.

poupée