Filer pour un projet

châle dentelle Wildheart en fil filé au rouet

Comme chaque mois, je devais, en février, proposer un thème de filage aux fileuses et fileurs du forum Tricotin. Cette fois, j’ai choisi de m’intéresser à l’élaboration d’un projet.

Il y a plusieurs façons d’aborder un moment de tissage. Le rouet ou le fuseau est là, avec sa bobine ou sa fusaïole vide. Que va-t-on faire ? Que veut-on faire ? Parfois – c’est en tout cas mon cas – on a besoin de filer juste pour filer, parce que c’est une détente, une méditation. On attrape des fibres dans notre stock, peut-être une jolie mèche teinte qu’on se sera offerte ou dont on nous aura fait cadeau, peut-être une poignée de fibres blanches qu’on teindra plus tard, ou juste notre couleur, notre matière préférée.

Mais parfois, on a un vrai projet. Tout est alors différent : est-ce un projet de tricot ou de crochet ? De tissage ? Un patron, un modèle qu’on a repéré et qu’on voudrait réaliser ? Ou qu’on veut créer de bout en bout ? Comment envisager la chose, choisir les fibres ou le mélange de fibres, la quantité à filer, le nombre de brins, etc. ?

Pour ma part, il y a un moment que je louchais sur le modèle de châle Wildheart, qui me semblait idéal, avec ses motifs ajourés tout simples, pour mettre en valeur un filé main. Quand j’ai proposé cette idée de projet, je n’avais pas encore, moi, de projet tout prêt, en revanche j’avais dans mon tiroir à trésors (bon… soyons honnête… dans un de mes tiroirs à trésors) une magnifique nappe dégradée réalisée et offerte par Midian, que je couvais des yeux depuis longtemps mais qui n’avait pas encore trouvé son projet idéal.

J’ai filé assez fin car je voulais retordre en navajo pour conserver le dégradé. Certes, j’aurais pu faire un single, mais bon, j’adore le navajo et je ne suis pas du genre à me priver d’un plaisir en matière de filage… Au final j’avais quand même un fil assez gros (440 mètres pour 150 grammes), mais qui semblait suffisant pour terminer le châle. De toute manière, l’auteur du châle Wildheart indique comment procéder si on a trop de fil ou pas assez, et ça, c’était un plus, car avec un écheveau dégradé, c’est idéal de pouvoir utiliser la totalité du fil.

J’ai eu beaucoup de plaisir à le tricoter, le relief du fil navajo était agréable sous les doigts et c’était un modèle facile. Pourtant, une maille est tombée, impossible à rattraper correctement, et après quelques tentatives j’ai dû défaire et refaire plusieurs rangs pour éviter une erreur assez visible… Mais je suis ravie de l’avoir fait, j’aurais moins aimé le châle si j’avais su qu’il y avait un trou plus gros quelque part, il m’aurait sauté aux yeux tout le temps.

Je vous disais avoir choisi ce châle car l’auteur expliquait comment procéder si on avait moins ou plus de fil que prévu ; j’étais finalement dans le second cas, puisque j’ai pu rajouter une douzaine de rangs au châle. Au final, il ne me reste que 3 mètres de fil, si bien que mon dégradé est intact !

châle dentelle Wildheart en fil filé au rouet châle dentelle Wildheart en fil filé au rouet châle dentelle Wildheart en fil filé au rouet

L’Amour à la plage

L'amour à la plage châle des Tricoteurs volants

Pour ceux qui ne vivent pas en région parisienne, je vous l’apprends peut-être : en ce moment, il fait chaud, vraiment chaud, vraiment trop chaud.

Je vous le dis, au lieu de traîner derrière mes volets fermés, j’irais bien à la plage… Ah oui tiens, la plage !

“L’Amour à la plage”, c’est pas seulement la mignonne petite chanson d’été signée Niagara qu’on a adorée il y a longtemps – pour ceux qui sont assez âgés – c’est aussi un adorable modèle de châle d’été signé Les Tricoteurs volants.

J’ai réalisé le mien avec un délicieux fil lin et coton teint à la main “Pelagia” de Borgo de’ Pazzi qu’on sent à peine, et des perles en verre vert qui me rappellent les bouées qu’on accrochait aux filets pour les aider à flotter… il y a encore plus longtemps que mon époque Niagara !

Un modèle qui m’a beaucoup plu, pas trop difficile mais pas trop simple, idéal pour s’initier aux rangs raccourcis, avec une bordure perpendiculaire comme j’aime (et oui, je sais, c’est mon petit côté maso).

Aujourd’hui, pas question de porter un châle, il fait trop chaud. Mais à la première occasion… peut-être le prochain pub spinning… aoû, tcha-tcha-tcha ! 😉

A Spider From Mars

fil dentelle filé à la main

Faites-vous partie des personnes qui prennent de “bonnes résolutions”, en début d’année ?

Moi, non ! C’est du temps perdu, je me connais, je suis incapable de les tenir… La plus tentante : “Finir tous mes en-cours et arrêter de démarrer quinze cent dix mille projets à la fois.” Déjà, j’entends celles et ceux qui me connaissent un peu rire à gorge déployée…

Donc, les fileurs et fileuses du forum Tricotin ont échappé à ce thème un peu vache, “Bonne résolution”. En échange, je leur ai proposé un petit challenge. Il s’agissait de penser à une technique, une matière, une couleur avec laquelle ils avaient des difficultés, ou dont ils sentaient bien que, pour une raison ou une autre, ils ne l’avaient pas explorée à fond. Et de voir jusqu’où ils pouvaient aller.

Et puisque nous commencions l’année sur une nouvelle série de thèmes, je leur ai rappelé, en m’inspirant des commandements (ou droits) du lecteur de mon cher Pennac, une petite série de conseils concernant nos “thèmes”…

  1. Nul n’est obligé de participer.
  2. Il n’est pas indispensable de montrer quoi que ce soit avant la fin du mois, le mois suivant ou même l’année prochaine : on peut “jouer” quand on veut (d’autant qu’il n’y a rien à gagner à part votre plaisir personnel). On a parfaitement le droit de ranimer un vieux post que personne n’a touché depuis des siècles.
  3. On peut faire un écheveau de la taille et du poids qu’on veut. Oui, même 10 grammes si vous êtes pressé(e).
  4. On a le droit de prendre le thème par le bout qu’on veut et d’en donner l’interprétation qui nous chante.
  5. On a le droit d’utiliser n’importe quelle matière et de la traiter aussi mal qu’on veut. Même de couper des fibres de soie avec des ciseaux, si ! si !
  6. Personne ne devrait avoir honte de demander de l’aide, de poser des questions, de dire qu’on n’a pas compris ou même qu’on est dé-goû-tée par le thème proposé (vous vous reconnaîtrez, mesdames, hi hi hi).
  7. Les garçons ont le droit de participer ! Je cesserai de parler au féminin quand l’un de vous se décidera, messieurs !

Je n’ai pu montrer mon propre écheveau qu’à la dernière minute, voilà des jours et des jours que je guette le soleil en vain… Ce matin, j’ai dû me contenter de ce que j’avais, c’est-à-dire des nuages 😉

Ce mois-ci, Midian, la papesse du fil dentelle, se lançait le défi de faire de la fantaisie, et moi je faisais du très fin ! Enfin, du plus fin que d’habitude. Je me suis bien rendu compte que mon matériel me permettait de filer encore plus fin, mais qu’aurais-je fait avec du fil à coudre ? Là, au moins, je peux quand même tenter une shawlette dentelle…

J’avais décidé de ne pas tricher en prenant de la soie, j’ai même choisi une fibre plutôt gonflante : du Maco mérinos, une laine très fine et très moelleuse. La préparation en mèche impeccable de ce Maco le rendait très facile à diviser en très fines “méchettes”. Et, pour une fois, je me suis servie du kit dentelle adapté à mon Little Gem de Majacraft. J’ai vraiment, vraiment apprécié la légèreté des bobines “fat core”, et avec le plus petit ratio de la poulie haute vitesse, l’épinglier tournait bien vite sans que j’aie l’impression de faire un effort de pédalage.

Quelques chiffres : pour 50 grammes, le fil mesurait 600 mètres avant blocage, 575 mètres après (je pense que ces métrages sont assez exacts car je fais mes écheveaux sur un écheveaudoir et non sur un niddy-noddy, qui peut facilement augmenter le métrage de 10 % parce que le fil est plus tendu). Pour les personnes qui utilisent cette unité, cela représente à peu près 5 700 YPP (yards per pound). Et il m’a fallu une vingtaine d’heures de filage pour en venir à bout.

fil dentelle filé à la main

Love in a Mist

châle dentelle love in a mist

Un petit châle d’été, un peu perlé, vite tricoté… J’adore les modèles de la créatrice Boo Knits et j’ai trouvé le “Love in a Mist” presque trop simple ! J’ai utilisé les perles triangulaires recommandées, même si au départ je ne les aime pas trop, et j’ai dû admettre que le rendu était très agréable. C’est décidé, il faut que je participe à son prochain MKAL (mystery knit-a-long)…

châle dentelle love in a mist châle dentelle love in a mist châle dentelle love in a mist

Châle “Out of Darkness”

châle boo knits out of darkness tricot dentelle

En concevant cet écheveau de fil dentelle d’un dégradé très subtil – du gris au bordeaux avec une pointe de violet (très difficile à photographier !) – j’avais en tête de réaliser un des châles de la talentueuse styliste Boo Knits (je les adore…). Finalement, c’est la longueur de l’écheveau qui a “choisi” le modèle pour moi. En effet, quand on a un dégradé qui va d’un bout à l’autre du fil, si on n’utilise que la moitié de la pelote, eh bien… vous avez tout compris, on n’a que la moitié des couleurs 😉

J’ai donc choisi l’Out of Darkness, que je n’avais pas encore fait. Il me semblait élégant mais relativement simple, et juste de la bonne taille pour être porté négligemment, comme une écharpe.

En fait, j’ai été surprise par sa facilité d’exécution. Moi qui suis habituellement du genre à me tromper tout le temps et à mettre des anneaux marqueurs un peu partout, j’ai pu me laisser guider par la simplicité du motif, où les perles (comme d’habitude elles n’apparaissent pas vraiment sur la photo…) faisaient des repères fort pratiques. En fait, comme souvent, le moment le plus délicat fut le blocage 😉

Treize étapes de frivolité…

Frivolité

Tat It And See, vous connaissez ? C’est un patron mystère proposé étape par étape par la créatrice Jane Eborall. Chaque publication propose quelques boucles ou chaînes, et bien sûr on attend avec impatience la suivante en se demandant ce qu’on peut bien être en train de faire… On imagine un escargot, un lapin, un crocodile… Mais au bout du compte, c’était une paire de ciseaux ! Je me suis bien amusée et surtout j’ai eu l’occasion de progresser en découvrant de nouvelles techniques et en pratiquant celles qui m’étaient moins familières : ça y est, le “split ring” ne me fait plus peur du tout 🙂

On n’a jamais trop de sacs à ouvrage !

couture sac dentelle

Traditionnellement, ce n’est qu’après Noël que je peux montrer les cadeaux faits de mes blanches mains, mais la destinataire ne surfe pas beaucoup sur le Web… 😉

Voici un nouveau sac à ouvrage pour ma petite maman, qui a presque autant d’encours que moi. Réalisé en lainage à costume (une de mes matières favorites), il est bien sûr doublé, doté d’une fermeture magnétique (c’est plus pratique) et décoré de bouts de dentelles anciennes (j’en ai un stock quasi inépuisable dans lequel je puise toujours avec délices) ainsi que d’une fleur en tissu à la japonaise dite kanzashi (une première, mais je réitérerai, ce modèle en tout cas est facile à faire et j’aime bien le rendu). Décidément, j’adore faire des sacs…

couture sac dentelle

Un bracelet en frivolité

bracelet frivolité

On se laisse facilement séduire par ces petites navettes qui n’ont l’air de rien… Je continue mon apprentissage de la frivolité avec un bracelet inspiré d’un dessin du livre Accessoires en frivolité. Tout léger léger, il sait se faire oublier mais aussi remarquer 😉 J’ai choisi un fermoir magnétique, c’est bien pratique et cela ne risque pas trop de s’ouvrir tout seul vu le poids du bracelet.

bracelet frivolité

Argent chic et vieilles dentellesArgent chic et vieilles dentelles

Par chez moi, on ne jette rien, c’est maladif. Et c’est de famille. Autant dire que, tiroir de grand-mère après tiroir de grand-mère, j’ai récupéré une multitude de petits bouts de dentelles anciennes trop courts pour orner un vêtement. Je m’en sers pour décorer mes feutrages et mes tissages, mais pas que.

Il m’a suffi d’une latte de moulure décorative en bois sculpté, sur laquelle j’ai passé une couche de peinture acrylique blanche un peu diluée, pour réaliser en quelques heures ce cadre que j’ai orné de bandes de dentelle tissées. Avec quelques points de couture discrets à la jonction des bandes, il est assez solide pour recevoir une collection de boucles d’oreilles… et hop, comment choisir d’un coup d’œil son bijou du jour !