Mon “octaédrier” de l’avent 2018

boîte origami calendrier de l'avent

OK, je dois être la seule personne à vous parler de calendrier de l’avent en janvier. Vous vous dites aussitôt : “Comme d’habitude – et comme le lapin d’Alice au pays des merveilles – elle est en retard !” Mais non, pour une fois, je suis très en avance.

J’adore commencer l’année avec un joli projet, et je me suis dit que j’allais partager celui-ci avec vous. Je pensais même vous proposer de vous joindre à moi.

Beaucoup de professionnels commercialisent, dès octobre ou novembre, des calendriers de l’avent sur absolument tous les thèmes, le plus répandu étant le chocolat. Dans ma famille, ce n’était pas une habitude, mais j’avoue que l’idée d’une petite surprise quotidienne n’est désagréable à personne. C’est pourquoi j’ai confectionné, il y a quelque temps, un calendrier de l’avent brodé à l’intention de mes enfants, que je garnis de chocolats tous les 1er décembre depuis des années (le calendrier, pas les enfants, quoique ceci entraîne cela).

Des calendriers de l’avent dédiés au filage ont commencé à apparaître ici et là sur la Toile, ce qui m’a donné une idée créative : me confectionner mon propre calendrier de l’avent à filer (sur le principe qui m’est cher, “On n’est jamais si bien servi que par soi-même”). Oui, mais où serait la surprise si je choisissais les fibres moi-même ? Fastoche, j’ai la réponse : compte tenu de ma très mauvaise mémoire, il suffit de préparer le calendrier en question longtemps à l’avance… et la surprise sera là. Début janvier, ça fait assez longtemps, qu’en pensez-vous ?

Vous le saviez, j’aime parier sur le long terme 😉

Si vous avez une mémoire d’aigle, passez votre chemin, mais si, comme moi, vous avez la tête si pleine de projets que vous passeriez votre temps à les oublier si vous n’en gardiez une trace écrite, peut-être aimerez-vous participer à l’aventure.

Voici ce que je vous propose : occupons la première partie de l’année à garnir notre calendrier, puis oublions-le (mais pas trop) dans un placard et redécouvrons-le le 1er décembre, prêt à nous enchanter en nous proposant de démarrer un nouveau projet de filage !

Quel projet ? Ce sera à vous de voir… dans un an. Bien des options s’offrent à vous :

– filer chaque petite poignée de fibres dans la journée, sur un fuseau, et obtenir 24 pelotons pour tricoter un châle rayé, tisser un ouvrage bariolé ou crocheter un morceau de freeform, etc. ;

– attendre le dernier jour et carder une énorme nappe fantaisie, ou un beau paquet de rolags ;

– filer chaque lot de fibres l’un après l’autre pour obtenir un gros écheveau autorayant ;

– je vous laisse imaginer d’autres solutions !

Cette semaine, première semaine de l’année (mais vous pouvez commencer plus tard si vous le souhaitez), est la plus chargée, car je prépare mes contenants. Ensuite, chaque semaine, je les garnirai d’une poignée de fibres de mon choix. Si j’arrive à tenir le rythme, je devrais avoir fini lors de la semaine 25, soit aux alentours du solstice d’été. Mais bien sûr, prendre un peu de retard n’a aucune importance. À ce moment-là, je pourrai fourrer tous mes paquets-surprises dans une boîte ou un carton et les percher en haut d’une étagère, puis les oublier jusqu’au premier décembre. Alors, qui est partant pour “épargner” des fibres jusqu’à l’hiver prochain, tel un écureuil des noisettes ?

Revenons à nos contenants : comme je sacrifie religieusement chaque année au rituel des cartes de vœux, le mois de janvier, pour moi, est souvent placé sous le signe du papier. Je me propose donc de réaliser 24 petites boîtes en joli papier. Je me suis inspirée d’un tuto du site Little Idea, et j’ai dessiné un gabarit pour réaliser une boîte capable de contenir une poignée de fibres à filer, que vous pouvez télécharger sur ma page de patrons gratuits si vous avez envie de suivre mon exemple (mais vous pouvez aussi utiliser des sachets, enveloppes, ou ce que vous voulez). Les instructions pour l’impression et le pliage sont fournies avec. La boîte est en forme d’octaèdre, d’où le nom de mon “octaédrier”.

En ce qui concerne le papier, j’ai décidé d’utiliser un assortiment Artemio (le choix ne manque pas !) et de coller sur mes boîtes, pour les numéroter, de gros chiffres découpés avec ma découpeuse Silhouette Portrait (une bonne copine 😉 dans du papier autocollant, à l’aide de polices de caractères variées (si vous avez aussi une découpeuse Silhouette, vous pouvez télécharger le fichier ici). Que pensez-vous du résultat ?

boîte origami calendrier de l'avent boîte origami calendrier de l'avent boîte origami calendrier de l'avent

Si vous souhaitez voir ce que je mettrai chaque semaine dans mes boîtes en papier, vous pouvez visiter mon compte Instagram, car je ne vais pas faire un post par semaine sur ce blog et embêter tout le monde. Je compte toutefois publier un article récapitulatif en juin, et reparler du sujet… et bien, en décembre 2018, naturellement ! Rendez-vous est pris !

boîte origami calendrier de l'avent

Les fiches gratuites sont de retour

Elles avaient disparu lors de la refonte du blog… (Non, ma cervelle n’est pas creuse, elle est juste quasi totalement envahie par la laine !) Heureusement qu’une copine est venue me taper sur les doigts : revoici le sommaire des fiches gratuites à télécharger. Vous le trouverez en cliquant sur “Fiches gratuites et patrons”, dans la colonne de gauche.

Voici un modèle d’écharpe toute mousseuse en crochet à la fourche. Il se nomme “Paris Nord” et vous pouvez aussi le trouver sur le site Tricotin.com.

modèle patron écharpe crochet fourche paris nord

Sac tissé

sac tissé

Échange de bons procédés, échange de sacs, les bons comptes font les bonnes amies, etc. Contre un très joli sac offert par Virginie, un sac tombé de mon métier (plaf). Depuis qu’il est arrivé chez moi, le Knitters Loom de 50 cm de large déniché chez Tricotin (c’est vrai qu’il ne prend pas beaucoup de place quand il est plié en deux et glissé dans son sac… mais voilà, il a relancé mon envie de tisser et il est toujours dehors ! 😉 ne chôme pas.

Pour ce sac cabas basé sur un simple rectangle, et doublé, je me suis inspirée d’un modèle de Tout un sac. J’ai utilisé un mélange de fils de laine du commerce pour la chaîne et un fil teint et filé main pour la trame. Vous le reconnaîtrez peut-être : c’est un de mes “ratages”

Si l’aventure vous tente, téléchargez la fiche !

sac tissé sac tissé

Encore un essai de teintures Landscapes Elements

teinture

Je n’ai pas pu m’en empêcher ! J’ai craqué pour le kit “Mountain”… Voici un premier essai, avec la même technique que la dernière fois, que j’ai présentée sous forme de fiche à télécharger

Simplement, cette fois-ci j’ai essayé la fixation au micro-ondes, en mettant mes petits paquets de laine (soigneusement emballés dans plusieurs épaisseurs de film alimentaire) dans une cocotte à micro-ondes en plastique, avec son couvercle percé (4 euros au bazar du coin). Cuisson 3 minutes à température maximale, refroidissement, encore 3 minutes et refroidissement, avant rinçage précautionneux des mèches.

Les couleurs sont douces, n’est-ce pas ? Je ne sais pas encore ce que je vais en faire…

Étole en laine filée main

filage

Tricotée avec ce qui restait de ma laine “Atoll”, une étole selon un modèle assez simple de La Droguerie… cadeau pour ma belle-maman… En guise d’attache, je n’ai pas fait la broche assortie conseillée dans le livre Drôles et colorés, mes accessoires signés La Droguerie mais une fibule à pompon (fiche explicative gratuite ici).

filage filage

Broche “pompon”

pompon

Amusée par le pompon ébouriffé de mon cache-théière en laine élastique, Renata m’a demandé si je pouvais lui faire une broche dans le même genre. Aussitôt dit, aussitôt fait, et même au-delà puisque je lui ai concocté cette broche à pompons “interchangeables”… À la base, un support à fibule au bout duquel j’ai fixé une perle en métal “ressort”, car je voulais que le support de la broche reste assez léger. Pour accompagner la fibule, plusieurs pompons (avec mes restes de laine filée main) ; il suffit de choisir celui qu’on veut assortir à la tenue, de l’enfiler sur la fibule et de fixer celle-ci au vêtement, et le tour est joué ! On peut même, si on veut, en mettre plusieurs. Vous avez peut-être remarqué que mes pompons sont un peu différents de ceux qu’on coud au bout des bonnets de ski… si leur confection ultrasimple vous intéresse, la fiche à télécharger est ici.

pompon pompon pompon

Essai de teintures Landscapes Elements

teinture

Cela faisait un moment que je les guignais, hé hé ! J’ai fini par me laisser tenter, sur le site de Tricotin, par ces teintures superbes. L’originalité de la collection “Elements” éditée par Landscapes tient à des kits de six couleurs harmonisées entre elles ; ces harmonies sont inspirées des différents types de paysages australiens. Tout un voyage !

Bon, autant dire que j’ai mal commencé… En effet, le mode d’emploi préconise une teinture “à la casserole”, mais comme je voulais essayer les six coloris sur de petites quantités de laine, je n’avais pas du tout la patience de procéder six fois à la teinture d’un bout de mèche ridicule !

Donc j’ai eu la “bonne” idée d’imbiber mes mèches de teinture diluée dans l’eau chaude et de les mettre dans un Ziploc, avec le fond de teinture pour faire bonne mesure, pour essayer de fixer la teinture à l’étuvée… Mal m’en a pris ! Les Ziploc ont fondu, la teinture est sortie, a taché les mèches adjacentes… Bon, un coup pour rien, un ratage (oui mais, pas d’angoisse, j’ai appris que les ratages se transforment parfois en très belles choses).

J’ai donc légèrement changé de technique  (pour ceux et celles que cela intéresse, une petite fiche pratique ici)  et obtenu des couleurs plus pures. Voici le résultat de mes Landscapes Elements “Coastal” (paysages côtiers) : à gauche les mèches “tachées”, à droite celles réussies. J’ai également testé le kit “Desert” (photo plus haut).

teinture

Après ça, je me suis demandé ce que ça donnerait de tout carder ensemble (résultats ci-dessous). Pas mal. Me reste à filer tout ça pour voir ce que ça donne…

teinture teinture

Une idée de cadeau de Noël

support portable

Je suppose que vous êtes toutes comme moi, déjà très occupé(e)s à préparer vos cadeaux de Noël… Avez-vous remarqué qu’il est difficile de trouver quelque chose pour plaire à ces messieurs ? Je viens d’imaginer pour moi – mais cela convient aussi tout à fait à un gentleman – ce “support berlingot à portable”… qui me permet de voir d’un coup d’œil ce qu’il se passe sur l’écran, c’est-à-dire l’heure (oui, je me sers de mon portable comme d’une horloge) et le nom des personnes qui m’appellent. Certes, ce genre de gadget existe déjà dans le commerce, mais je trouve que le mien a une forme originale, permet d’utiliser les chutes de tissu, et surtout il est vraiment facile à faire. Du coup, je range un peu toujours mon portable au même endroit et je ne passe plus mon temps à le chercher. Avouez que cela pourrait tenter quelqu’un de votre connaissance ? De plus, il ne faut qu’une petite heure de travail pour le faire et ce bricolage ne nécessite que très peu de fournitures… Là, je vous sens intéressé(e)s…  Bien sûr, les plus créatifs et les plus créatives ne se priveront pas de le personnaliser : broderie, ajout de boutons, perles ou dentelle, voire patchwork, tout est possible !

J’ai fait un petit pas à pas que vous pouvez télécharger dans la page des fiches gratuites et patrons.

Tunique tricotée et brodée

tunique

Je porte depuis des années une tunique sans manches en coton que ma mère m’a tricotée sur un modèle de La Droguerie. J’y suis tellement bien que j’ai longtemps eu envie de la “recopier”… c’est chose faite.

En ces temps de minitops près du corps montrant le nombril, je l’apprécie particulièrement, cette tunique ample et confortable, dans laquelle je n’ai jamais eu trop chaud ni jamais craint les regards indiscrets sur mes petits bourrelets (hum). Il était bien naturel d’en vouloir une autre. Oui mais, je n’ai plus le patron ! Qu’à cela ne tienne ; j’ai étalé la tunique sur mon lit et j’en ai pris le dessin et les mesures.

Je commence à loucher vers les fils Katia, bien qu’elle soit assez mal distribuée en France : si l’on compare à Bergère de France et Phildar, qui ont des sites où l’on peut commander à peu près toutes les références, Katia se laisse mollement distribuer dans les merceries ou sur certains sites qui ne proposent que quelques-uns de ses nombreux types de fibre. Quel dommage !

Mais j’ai tout de même eu le temps de me laisser séduire par la Katia Bamboo que distribue ma mercière, et j’en ai pris une dizaine de pelotes pour réaliser cette tunique.

J’avais prévu d’agrémenter cette tunique d’une petite broderie sur le côté, mais tout le temps que j’ai tricoté les deux morceaux, l’inspiration n’a pas été au rendez-vous. Puis j’ai eu l’occasion de me faire deux pantalons confortables pour l’été en jersey à côtes gris, et j’ai eu envie d’une broderie grise contrastante pour aller avec. Le moment venu de sortir l’aiguille, j’ai finalisé le projet en m’inspirant d’un motif floral tiré de Chinese Patterns, un de mes nombreux opus de la collection Agile Rabbit de Pepin Press.

Si ce modèle vous tente, n’hésitez pas à télécharger la fiche permettant de le réaliser sur la page de fiches à télécharger

broderie

Robe de plage brodée de perles

robe de plage

Bon, les vacances arrivent. Pour changer du paréo, j’ai décidé de continuer à explorer la forme kimono dans une robe de plage. J’en suis très contente, mais elle ne rend vraiment pas bien en photo… quel dommage !

C’est pour choisir le tissu que j’ai eu le plus de mal. Je voulais qu’il soit souple et un peu transparent, mais pas trop, et dans les bleus : pas trouvé. J’ai pourtant écumé tout mon cher magasin Bouchara… bernique. Les mousselines et les organzas étaient vraiment trop transparents, je cherchais un effet plutôt « translucide ». J’ai fini par me rabattre sur du crépon de coton genre froissé. Je n’aime pas, d’habitude, les tissus ayant un effet froissé, mais finalement je me suis faite à celui-là.

Partie sur ma nouvelle marotte des formes kimono, je me suis inspirée de celles que j’avais déjà employées pour mes vestes réversible et gansée, et j’ai crayonné le modèle de cette robe ample et confortable. Vous pouvez consulter et imprimer le patron gratuit dans la page des fiches à télécharger si le modèle vous tente.

La couleur étant un peu austère (je n’ai pas trouvé le bleu profond dont je rêvais), j’ai décidé d’améliorer les bordures des manches et du col par quelques lignes de paillettes et de perles posées au crochet de Lunéville (donc pas très bien, si vous avez suivi mes récents exploits). Le résultat me plaît bien. J’ai voulu rajouter des fleurs autour du col mais je manquais d’inspiration et tout ce que je faisais ne me plaisais guère, si bien que j’ai défait. Rien ne m’empêche d’y revenir.

Aïe, pendant mes vacances, j’ai porté cette robe tous les jours (elle est vraiment pratique et confortable) mais la dernière ligne perlée du col s’est défaite !!! Heureusement, j’avais un ouvrage de broderie avec moi (celui que je traîne à chaque voyage et auquel je ne fais que quelques points à chaque fois, si bien que vous n’êtes pas près de le voir) et j’en ai volé un fil pour stopper le drame. Il faut que je reprenne le crochet pour réparer mon erreur (ou, plus sûrement, refaire toute cette ligne). Bon, pour l’instant la robe est dans la bannette “à faire” avec les autres raccommodages, que je laisse s’empiler jusqu’à ce que cela vaille la peine de s’y mettre… ou que quelques jours de vacances au bord d’une plage ou d’une piscine se profilent à l’horizon !

robe de plage