Album de DVD

reliure

Tandis que je transférais nos films de famille de nos petites cassettes sur des DVD, j’ai eu l’idée de faire un album pour tous les réunir. Voici le résultat… Les pages sont en vergé épais, sur lequel sont collées des pochettes en plastique destinées à ranger les disques. Les étiquettes de chaque disque sont imprimées sur du papier calque et collées (là, je ne suis pas contente, tout a gondolé ! je n’ai sans doute pas utilisé la bonne colle…). La couverture est en carton ondulé de recyclage (une vieille enveloppe renforcée de La Poste, si mes souvenirs sont bons). Le dos articulé est recouvert de balacron noir imitation lézard ; les couvertures sont couvertes de papier ivoire épais sur lequel j’avais imprimé un fragment d’une carte ancienne d’Île-de-France trouvée sur le Net. L’ensemble est maintenu par deux vis de serrage dorées, après perçage à la miniperceuse Maxicraft.

reliure

Deux albums de contes reliés

reliure

L’année dernière, ma pupuce a découvert les albums d’histoires Toupie, que l’on trouve chez les marchands de journaux, avec un numéro de 31 histoires à lire chaque soir pendant un mois pour passer l’été. Comme ces albums sont assez mal protégés par une couverture souple, le sien s’est mis à souffrir assez rapidement… J’ai eu l’idée de remplacer la couverture souple par une couverture cartonnée de ma confection, tout en renforçant la reliure collée de l’album par une bonne couture de renfort (suivant en cela les conseils techniques de l’ouvrage Comment relier les livres).

Du coup, à la rentrée, cette année, ma petite maligne est venue déposer son nouveau numéro de Toupie sur ma table des encours, assez chargée à l’époque, “pour que tu puisses le recouvrir, ma petite maman…”. Il a dû attendre puisque je ne m’en suis occupée qu’en décembre, en même temps qu’un autre numéro, contenant vingt-quatre contes, et destiné à servir de calendrier de l’Avent (je préfère l’effet des histoires à celui des chocolats sur le foie, mais monsieur le maire de ma bonne ville n’étant pas du même avis, la donzelle a tout de même eu ses chocolats).

Ce dernier (le livre, pas monsieur le maire, suivez un peu, s’il vous plaît !) a eu droit à une couverture ornée d’un beau papier cadeau de Noël, eu égard au thème ; pour celui de l’été, manquant d’inspiration, j’ai utilisé deux feuilles de Décopatch que j’avais sous le coude. Figurez-vous que le papier Décopatch se prête aussi très bien à orner les ouvrages cartonnés, et s’accommode parfaitement de la colle vinylique si l’on n’a pas envie d’employer le vernis-colle habituel. Les renforts rouges sont en balacron imitation lézard. Bien utile, ce papier, extrêmement docile au collage (bien qu’un poil fragilisé une fois bien imbibé de colle…) comme au pliage, et qui fait beaucoup d’effet ! Naturellement, des chutes de gros ruban de satin rouge étaient indispensables pour donner la touche luxueuse à laquelle ma petite princesse est extrêmement sensible…

Je n’avais pas fait de cartonnage depuis longtemps, et cela me manquait. Du coup, j’ai une petite idée qui me trotte dans la tête, mais chut ! c’est pour plus tard.