Mon tablier de marché à moi

pochette ceinture pour faire les marchés

Voilà des années que je me promettais de me coudre un tablier de marché “sur mesure”. Mais vous connaissez ma propension à remettre les choses à plus tard… Cette année, je me suis enfin lancée. Il y avait deux déclencheurs : d’abord, un rapide calcul m’a fait comprendre, mercredi, que je n’aurais pas le temps de tisser une dernière petite écharpe fantaisie. Et ensuite, j’avais enfin un terminal pour accepter les paiements par carte et il allait commencer à être compliqué de centraliser le terminal, les sous, la monnaie, les chèques, un stylo pour les gens qui souhaitent justement rédiger un chèque, etc. de manière assez organisée pour pouvoir “passer la main” rapidement à une personne prête à me remplacer sur le stand pour me permettre de déjeuner, par exemple. Bref, je me suis mise à ma machine à coudre et voici le résultat.

Bien sûr, au départ, j’ai commencé à tripoter des tissus imprimés aux couleurs vives en songeant à la meilleure manière de les assortir façon patchwork… et puis je me suis dit que je ne serais pas la seule à porter ce tablier, et qu’un peu de sobriété ne nuirait pas forcément (je pense à toi, cher petit mari de Marie). Je me suis donc cantonnée à une chute de lainage à costume gris orné de fines rayures, en me réservant le droit de jouer (un peu) sur leur orientation. Vous voyez donc, de gauche à droite et de haut en bas, une poche invisible zippée pour les chèques (où je range aussi ma carte d’artisan en cas de contrôle), une pochette détachée également zippée pour la monnaie, un passant pour accrocher un stylo, une poche plate pour l’incontournable smartphone, une poche à soufflet pour le terminal de paiement et quelques badges à message tout droit sortis de la Pure Fucking Boutik de Will Argunas (“Artist Does Not Work For Free”, “Dans ARTWORK il y a WORK” et… “Élue maman la plus trash” ;-).

Si vous avez envie de faire votre propre tablier, voici comment j’ai procédé : d’abord, j’ai réfléchi à mes besoins et j’ai commencé par confectionner toutes les poches qu’il me fallait, sauf la poche invisible. Ensuite, je les ai disposées sur un morceau de papier journal pour juger de l’écartement et de l’alignement qui convenaient le mieux, puis j’ai marqué des points de repère pour délimiter la forme qu’aurait le tablier. Je n’aime pas tellement la symétrie, donc je lui ai donné une forme en pointe de trapèze, mais vous êtes libre de le faire rectangulaire ou ovale, etc. J’ai découpé cette forme pour servir de gabarit, puis j’ai coupé deux morceaux de tissu pour le tablier et sa doublure, et deux bandes de 80 cm de long que j’ai repliées en deux pour faire les attaches qui se nouent dans le dos. Après avoir réalisé la poche invisible et fixé les autres poches à leur place, il ne me restait plus qu’à assembler le tablier et sa doublure endroit contre endroit en prenant les attaches dans la couture et en laissant une dizaine de centimètres pour retourner l’ouvrage confortablement avant de bien marquer la bordure avec une dernière piqûre. Et voilà, vous n’avez plus qu’à vous lancer aussi !

3 réflexions au sujet de « Mon tablier de marché à moi »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *