Recyclage

filage artisanal rouet corespinning

Certaines ou certains d’entre vous ont peut-être chez eux une boîte à compost, parce que jeter des épluchures de légumes pleines de nutriments et d’eau leur fait mal au cœur. D’autres mettent peut-être de côté tous les petits bouts de tissu, de fils issus de leurs ouvrages, accumulés au fil du temps. Nous sommes nombreux, en cette ère de gaspillages programmés, à avoir du mal à jeter. J’ai remarqué, au fil des conversations que je peux avoir avec les créatrices et créateurs que je croise, que plus on est touche-à-tout, moins on a le courage de jeter. “Ce petit brimborion pourrait toujours servir… un de ces jours !”

J’ai donc demandé aux fileuses et fileurs du forum Tricotin s’ils avaient ce défaut ou cette qualité, comment ces objets et matières collectés réapparaissent dans leurs filages, quelle était la part de recyclage dans leurs écheveaux…

Pour ma part, je conserve soigneusement tous mes résidus de peignage et de cardage. Utiliser un hackle est un excellent moyen d’obtenir des mèches de fibres bien alignées tout en supprimant les fibres les plus courtes ou les fibres emmêlées. C’est parfait pour filer un fil très fin et régulier sans aucun risque de bouloche.

J’avais préparé des “nids” de fibres pour mon opération “Dix ans, dix cadeaux” et pas mal de petits tas de fibres étaient restés coincés dans les dents du hackle. Je les avais mis dans un pot de confiture (c’est toujours décoratif…) et je viens de les récupérer pour les carder avec de la mèche de mérinos gris naturel pour une sorte d’effet tweedé surdimensionné.

filage artisanal rouet corespinning
filage artisanal rouet corespinning

J’ai filé les nappes en corespinning autour d’une “âme” de coton, obtenant un fil vraiment très aérien et dodu qui sera aussi chaud que doux. En effet, bien que je n’aie filé que 100 g de fibres (l’écheveau fait au final 110 g pour 340 m), j’ai bien cru que le fil n’allait pas tenir en totalité sur cette bobine jumbo, pourtant conçue pour contenir environ 200 g de fibres filées !

filage artisanal rouet corespinning
filage artisanal rouet corespinning

2019, l’an neuf

filage artisanal fuseau turc turkish spindle

Lorsqu’une nouvelle année commence, d’aucuns se promettent de se mettre au régime (beurk), de faire des économies (iiiik), de se débarrasser du désordre (dans un atelier ? n’y pensons même pas, c’est carrément anti-créatif) ou de donner du temps aux autres (et pourquoi ? ils nous en donnent, à nous ?)… Pour ma part, je suis beaucoup trop terre-à-terre, laissons ça de côté.

Pour parler de “neuf”, j’ai proposé aux fileuses et fileurs du forum Tricotin de se tourner une fois de plus vers ce qu’ils ont de plus cher : ce qui est apparu récemment dans leur atelier, peut-être à l’occasion de Noël… nouveau matériel ? nouveau rouet, fuseau, cardeuse, paire de peignes ? de belles fibres ? une nouvelle adresse ?

Pour ma part, je me suis offert pour mon petit Noël un joli fuseau truc en if et en frêne de chez KerrySpindles. J’adore mon mini-fuseau du Spindle Shop mais il me fallait quelque chose d’un peu plus gros ! Comme j’ai commencé à filer avec un rouet, j’ai l’habitude de filer une certaine quantité de laine.

Du coup, pour l’étrenner, je me suis fabriqué des mini-rolags crôgnons, en m’inspirant des couleurs des chouettes des neiges comme la jolie Hedwige de Harry Potter. La technique est facile, c’est la même que pour des rolags normaux, il suffit de n’utiliser que la partie centrale de la planche. Je les ai faits en dégradés pour sortir un peu de ma manière habituelle, vu que je m’ennuie très vite dans ce qu’on appelle une “zone de confort”.

filage artisanal fuseau turc turkish spindle
filage artisanal fuseau turc turkish spindle
filage artisanal fuseau turc turkish spindle

Quand j’ai eu tout filé et obtenu une jolie “tortue”, je l’ai laissée reposer une bonne semaine. C’est indispensable quand on choisit de retordre le fil en mariant le début et la fin de cette sorte de pelote. Si on la reprend tout de suite après avoir terminé de la filer, il y a de bonnes chances qu’elle s’emmêle terriblement au moment du retors.

filage artisanal fuseau turc turkish spindle
filage artisanal fuseau turc turkish spindle

Je l’ai donc retordue un peu plus tard, tout doucement, ce qui m’a permis d’obtenir ce petit écheveau d’environ 180 m pour environ 40 g. Il m’a tellement plu que j’ai tout de suite eu envie de le tisser, mais comme je n’avais pas assez de fil, j’ai aussitôt préparé une autre fournée de “bébés rolags” dans les mêmes coloris, en modifiant juste les proportions, pour avoir deux écheveaux assortis à tisser ensemble.

filage artisanal fuseau turc turkish spindle
filage artisanal fuseau turc turkish spindle

Promenade sur une plage bretonne

tissage filage artisanal plage mer

Il y a quelque temps, j’ai dû retourner tous mes stocks de fibres car je ne trouvais plus le bébé chameau (imprudemment rangé avec la soie) que je voulais mettre dans mon écheveau long draw “Nuage d’hiver”. J’en ai mangé, de la poussière ! Or non seulement j’ai retrouvé mon bébé chameau (dans le dernier sac, bien sûr, c’est toujours comme ça…), mais j’ai aussi retrouvé plein de belles choses oubliées. Et je me suis dit que je devrais procéder plus souvent à ce genre de chambardement. Du coup, j’ai proposé aux fileuses et fileurs du forum Tricotin de mettre le nez dans leurs stocks et d’en sortir un “trésor oublié” puis de le filer et de nous montrer le résultat…

C’était en décembre, mais j’ai un peu tardé à terminer les finitions et à prendre mes photos !

Le “trésor oublié” que j’ai exhumé de mon sac à merveilles (celui où je range ma soie et mon duvet de bébé chameau le plus fin…) est un petit sac de fibres offert par Chantal en 2016 (quand je vous dis que je les garde longtemps, mes plus belles fibres !). Je savais que c’étaient des fibres particulières car elle les avait cardées au tout début de la découverte de sa cardeuse, et leur avait assigné un thème bien particulier : “Promenade sur la plage”.

Une fois défait le joli paquet doré, j’ai trouvé quatre petites nappes assorties, soigneusement roulées sur elles-mêmes, et une carte qui disait ceci :

À marée basse, la mer vient doucement recouvrir le sable

À l’horizon, la mer et l’écume des vagues

Dans le ciel, les nuages gris et blancs vont et viennent

Enfin apparaît un rayon de soleil.

tissage filage artisanal plage mer

Et, en effet, j’ai reconnu les teintes de cette plage bretonne où l’on me proposait de me promener ! Et j’adore aller à la plage l’hiver. Il y a peu de monde, on a la mer pour soi avec ses odeurs et ses embruns, on n’a pas trop chaud, on peut s’enrouler de laine…

J’ai décidé de filer quatre écheveaux différents et dès mes premiers coups de pédale, l’inspiration m’a submergée, ces nappes poétiques devenues fils devaient être tissées pour réaliser une tenture représentant cette plage bretonne.

tissage filage artisanal plage mer

J’ai commencé par filer toutes les nappes en core spinning. Avec la deuxième, il y avait des belles poignées de boucles de mohair bleues et blanches, que j’ai intégrées au filage. La troisième présentait un joli dégradé du gris au bleu que j’ai essayé de conserver.

J’ai décidé de laisser les deux écheveaux représentant le ciel en un seul brin et de retordre les deux représentant la mer pour avoir la texture des vagues et des rides du vent. Dans la première, qui évoque la mer caressant la plage, j’ai intégré au retors une bonne poignée de coquillages.

coquillages tissage filage artisanal plage mer
tissage filage artisanal plage mer

Le temps d’évaluer à vue de nez quelles seraient les dimensions de mon ouvrage et j’ai sorti mon métier à tisser à peigne envergeur. J’ai monté une chaîne avec le fil bleu ciel très fin qui m’avait déjà servi pour le core-spinning et le retors, mais en utilisant un peigne plus gros que nécessaire pour que les fils de chaîne disparaissent un peu dans le tissage au profit des fils de trame filés à la main.

coquillages tissage filage artisanal plage mer

Puis il a suffi de tisser les fils dans le bon ordre, tout simplement, pour que la plage apparaisse : d’abord l’eau caressant le sable avec les coquillages, puis les vagues moutonnantes avec leurs paquets de bouclettes. Pour passer du premier au deuxième fil, j’ai alterné quelques duites pour créer une transition douce, comme un dégradé. Ensuite, je suis passée directement au troisième écheveau, celui du ciel nuageux, pour bien marquer la ligne d’horizon. À ce stade, j’ai inséré dans le tissage quelques plumes blanches sur la gauche, mais il est difficile de dire si elles figurent un vol de mouettes ou un groupe de nuages. Pour passer au quatrième écheveau, le ciel rempli d’un beau soleil, j’ai commencé par un petit insert sur la droite, qui rappelle les miroitements du soleil levant sur les nuages d’altitude, puis j’ai terminé le troisième écheveau et j’ai tissé seulement avec le dernier. Et, vers la fin, j’ai ajouté quelques fils d’or, car le soleil dans le ciel, sous certains angles, peut apparaître comme de l’or liquide.

coquillages tissage filage artisanal plage mer
tissage filage artisanal plage mer
coquillages tissage filage artisanal plage mer

Laine ludique

filage d'art artisanal rouet core-spinning fantaisie

Ludique, c’est le thème que j’ai proposé en février aux fileuses et fileurs du forum Tricotin (eh oui, en ce début d’année je livre les thèmes dans le désordre !). Filer, papouiller leurs fibres préférées, ils kiffent, je le sais, c’est bien pour ça qu’ils viennent régulièrement traîner leurs guêtres sur ce forum. Filer nous détend, terminer un écheveau et l’admirer enfin est un délice, plonger les bras dans un sac de fibres est un plaisir sensuel… Mais qu’est-ce qui nous amuse vraiment ? À quel moment, dans la pratique du filage, est-ce que nous avons le plus l’impression de “jouer” ?

Pour ma part, ce qui m’amuse toujours en matière de filage, c’est la découverte d’une nappe fantaisie très texturée et très colorée. Ce qui me passe sous les doigts change tout le temps, les matières différentes me lancent des petits défis qu’il faut relever immédiatement. Ici, par exemple, je vois arriver un beau grumeau de laine feutrée ou rustique, vite, je me débrouille pour qu’il fasse une grosse bulle ; là, une bouclette, il faut qu’on en voie bien la spirale et qu’elle ait l’air emmêlé… Je prends mon temps, je change la position de mes doigts, c’est tout le contraire de la routine (routine que j’aime par ailleurs quand je file fin et régulier, et que mes pensées s’envolent dans une rêvasserie qui peut durer des heures).

J’ai donc puisé dans ma caisse d’“agents de texture” – qui contient toutes sortes de petits bouts de ci et de ça, morceaux de laine gros comme le pouce volontairement feutrés pendant la teinture, bouclettes de mohair, etc. – et j’en ai passé un maximum à la cardeuse, avec quelques fines couches de corriedale ici et là pour donner du corps et lier le tout.

filage d'art artisanal rouet core-spinning fantaisie
filage d'art artisanal rouet core-spinning fantaisie
filage d'art artisanal rouet core-spinning fantaisie

Ensuite, j’ai filé cette nappe en core-spun, autour d’une “âme” en laine qui accroche un peu (idéale pour cette technique). Le core-spun permet en effet d’obtenir toutes sortes de reliefs différents selon le type de fibre qui se présente. Et avec l’Aura, on peut travailler très lentement tout en lui demandant d’avaler le fil relativement vite, afin que le résultat ne soit pas trop tordu, voilà pourquoi c’est mon rouet de prédilection pour le core-spun comme pour le long draw.

filage d'art artisanal rouet core-spinning fantaisie
filage d'art artisanal rouet core-spinning fantaisie

Pour continuer sur le thème “ludique”, j’ai décidé de transformer cet écheveau en jouet en le tricotant autour d’un ballon. J’ai commencé par faire une sorte de chaussette arrondie, avec deux aiguilles circulaires, ce qui est à mon goût la meilleure manière de travailler quand on veut tricoter en rond sur des diamètres de ce genre (ce serait vraiment trop inconfortable avec des doubles pointes). Et, avant qu’il soit temps d’insérer le ballon dedans pour terminer le tricot tout autour, j’ai considéré mon ouvrage sous ses deux faces : jersey endroit ou jersey envers ?

filage d'art artisanal rouet core-spinning fantaisie
filage d'art artisanal rouet core-spinning fantaisie

Il se trouve que lorsque je vends un fil très fantaisie, je conseille généralement de le tricoter en jersey envers, surtout s’il comporte des inclusions de perles ou de breloques comme mon fil “Robert d’Artois”. En effet, quand on tricote en jersey, les ajouts ou les parties plus grosses restent généralement sur l’envers, et qui achèterait un fil coûteux pour voir disparaître la moitié des éléments pour lesquels on l’a acheté ? (Moi ! Arrgh ! mais je vous raconterai cela un autre jour…)

J’ai sans hésiter choisi la face envers du jersey, avec toutes ses petites bouboules et frisettes qui illustraient clairement l’aspect ludique de mon fil. Et voici un joli ballon laineux… qui le veut ? S’il vous fait de l’œil, sachez que c’est un des lots mis en jeu lors de la prochaine Fête de la Laine. Venez y faire un tour, répondez juste aux questions et tentez votre chance ! 🙂

filage d'art artisanal rouet core-spinning fantaisie

Nuage d’hiver

filage rouet long draw woolen

La plupart d’entre nous avons connu une baisse de température brutale en novembre, après un début d’automne particulièrement doux. Je me suis dit que c’était l’occasion de parler des fils destinés à tenir chaud, que les Anglo-Saxons appellent woolen (laineux), c’est donc le thème que j’ai proposé aux fileuses et fileurs du forum Tricotin.

En France, les fileuses et fileurs ne se soucient pas tous des procédés de filage woolen et worsted et de ce qui conditionne les différences entre les deux fils ; d’après mes échanges avec mes collègues, nous filons le plus souvent des fils “semi”, c’est-à-dire jamais 100% woolen ni 100% worsted.

J’ai donc rappelé à mes amis fileurs le principe du “vrai” woolen tel que le définissent les puristes : il s’agit d’utiliser des fibres pas trop longues, de choisir une préparation cardée qui mette les fibres en désordre et permette de les filer par le travers (par exemple des rolags, ou un morceau de nappe cardée plié en deux), puis de filer long draw.

Le résultat doit être un fil très aéré et pas trop tordu, piégeant beaucoup d’air, donc très chaud. L’inconvénient : ces fils ont tendance à boulocher plus vite (mais on peut limiter les dégâts en les feutrant un peu au moment du blocage) et les points de tricot (torsades, points texturés…) sont moins nets. C’est donc plutôt le type de fil qu’on utilise pour se tricoter un gros col ou des moufles toutes simples.

Pour ma part, très sagement, j’ai suivi toutes les indications que j’avais proposées, en commençant par un choix de fibres pas trop longues : de l’alpaga, du bébé chameau, de l’angora, et pour lier tout ça un peu de mérinos et de soie (mais de la tussah, aux fibres moins longues que la maulbère), le tout en coloris naturels, du crème au beige clair.

filage rouet long draw woolen

J’ai cardé tout cela sur ma cardeuse (deux passages, j’aurais pu en faire trois mais ces deux passages ont déjà pris 8 heures) et j’en ai fait de bons gros rolags bien dodus et aérés.

filage rouet long draw woolen

Pour le filage long draw, je trouve qu’il est important de bien régler le frein, il faut donc un rouet qui s’y prête. J’ai choisi l’Aura. Comme il tirait encore un peu trop fort avec le frein réglé au minimum, j’ai tout bonnement ôté la courroie et après cela, c’était impeccable.

Compte tenu de la quantité de fibres préparées (170 grammes), le filage a été très long : 23 heures !!! J’espérais avoir de quoi tisser une confortable étole, bien moelleuse et chaude, il me fallait donc du métrage.

Au moment du retors, j’ai hésité longtemps. J’avais oublié qu’en long draw, je n’arrive pas à filer moyen… Mon fil était donc très fin (d’où les 23 heures). Fallait-il le retordre tout de même à deux brins, comme je l’avais prévu, ou tenter un navajo pour obtenir un fil un peu plus gros ? Je me suis tâtée et retâtée, et puis j’ai décidé de parier sur le gonflant du fil woolen et je suis restée sur mon idée de départ. Attention, le retors doit aussi se faire en woolen, c’est-à-dire en résistant à la tentation de lisser le fil.

Au final, je ne l’ai pas regretté : lors du blocage, mon fil a bien gonflé, transformant cet écheveau en vrai petit nuage. Par contre il a aussi raccourci. Comme je vous le disais, il faut feutrer un peu les fils woolen pour leur donner plus de solidité et limiter leur tendance au boulochage. Eh bien, par curiosité, j’ai mesuré l’écheveau deux fois : il faisait 840 mètres avant le blocage et seulement 814 mètres après !!!

Au total, j’ai travaillé 37 heures pour obtenir ce fil léger et gonflant que j’adore. Cela me prendra certainement moins de temps de le tisser, ce que j’ai vraiment hâte de faire.

filage rouet long draw woolen

En costume d’Arlequin

filage artisanal arlequin

J’adore le mot “bariolé”, pas vous ?

Longtemps, j’ai craint la couleur ; je ne m’habillais qu’en noir, gris ou jean : nécessité de se fondre dans la masse, crainte de se faire remarquer… La couleur, c’était cantonné aux tubes de peinture de l’atelier du mercredi après-midi.

Justement, je viens de recevoir une lettre (si ! ça existe encore !) du professeur qui m’a initiée aux plaisirs de la gouache, de l’aquarelle et de la peinture sur soie – sans jamais pouvoir faire de moi une bonne dessinatrice (zut !) – et en voici la dernière phrase : “Ne lâche pas les couleurs, ce sont de joyeuses compagnes.”

C’est en découvrant le filage et le tissage que j’ai appris à aimer les couleurs – pire, que j’ai appris à aimer les “clashs” de couleurs. Je me réfère à notre chère Esperluette, qui animait le “thème du mois” du forum Tricotin avant que je prenne le relais, et qui m’a toujours dit que dans une nappe fantaisie, il fallait mettre beaucoup de ce qu’on aimait et un peu de ce qu’on détestait, pour le contraste.

Pour en revenir à notre “bariolé”, voici ce que mon petit Larousse en dit : “Bariolé, e adj. Marqué de couleurs vives et souvent mal assorties ; bigarré : Une robe bariolée.” On pense aussitôt au costume d’Arlequin…

J’ai donc demandé aux fileuses et fileurs du forum comment ils feraient un fil bariolé, pour que les couleurs “clashent” sans se fondre les unes dans les autres.

Pour ma part, je me suis dit que la meilleure façon d’obtenir un fil bariolé était de prendre un petit bout de chacun des coloris de laine en ma possession. Et puis j’ai jeté un œil à mon stock et je me suis dit, “euh…”

En effet, des coloris, la passionnée de cardage que je suis en a beaucoup ! Il fallait faire une sélection. Mais, je ne pouvais pas juste choisir une palette de coloris assortis, pour que le fil soit bariolé il fallait que les couleurs soient “mal assorties”. Du coup, je suis retombée sur l’idée du costume d’Arlequin et j’ai musé un peu. C’est un personnage qui inspire depuis toujours les peintres de tous genres, de Derain à Miró  et bien sûr Picasso, qui l’a représenté dans de nombreux tableaux, notamment avec une guitare.

J’ai décidé de m’inspirer de cette œuvre de Derain : elle m’évoque mes petites palettes de peinture des classes primaires, qui étaient si jolies quand elles étaient neuves et tournaient vite à l’affreuse bouillasse car j’avais tendance à oublier de rincer mon pinceau en passant du bleu au jaune.

Cela m’a amusée de fouiller dans mes sacs de laine pour trouver les coloris représentés sur le tableau ! Voici le résultat…

filage artisanal arlequinfilage artisanal arlequin

J’ai filé les morceaux de fibres les uns après les autres en les piochant au hasard dans un panier. Pas question de carder pour garder l’effet “Arlequin” ! Il fallait aussi que le fil ne soit pas trop fin pour bien voir les taches de couleur, j’ai même fait quelques “flammes” (slubs) pour être sûre qu’on les verrait bien même après le retors. Pour ce dernier, j’ai d’abord pensé à utiliser un fil noir un peu plus fin puis j’ai craint d’obtenir plutôt un effet vitrail, donc je l’ai simplement retordu sur lui-même.

filage artisanal arlequin filage artisanal arlequin

Faut que ça brille !

filage artisanal mérinos angelina

Êtes-vous du genre à aimer tout ce qui brille ? Je ne suis pas folle du clinquant ni du bling-bling, mais je vous avoue qu’un peu de glitz ou d’angelina n’est pas pour me déplaire dans les fils fantaisie. Il faut toutefois souvent faire un compromis entre scintillement et douceur… et les fibres brillantes ne sont pas si faciles à dénicher dans le “commerce”… J’ai donc demandé aux fileuses et fileurs du forum Tricotin ce qu’ils en pensaient.

Pour ma part, ce n’est que tardivement que j’ai pu faire mes essais d’étincelles… je me suis demandé quelle quantité d’angelina (fibres de Nylon larges et scintillantes) on pouvait ajouter à de la laine, car je ne me sentais absolument pas le courage de les filer seules : ce sont de vrais petits diables qui n’aiment pas se plier, se courber, bref se laisser faire. Je me suis dit que la planche à carder serait ma meilleure amie car elle permet de vraiment savoir, couche par couche, ce qu’on met dans ses rolags.

J’ai donc posé sur ma blending board de très fines couches de mérinos noir (on ne tire les feux d’artifice qu’à la nuit tombée) entre lesquelles j’ai essayé de piéger un maximum de fibres d’angelina bleues, vertes et argentées. Au final, j’ai réussi à faire tenir dans mon fil 30 % d’angelina ! Bon, on ne les voit pas toutes car il est extrêmement difficile de prendre en photos des choses qui scintillent, mais voici les rolags et l’écheveau qui en a découlé. Bien sûr, je n’ai pas besoin de vous dire qu’avec une telle quantité d’angelina, il n’est pas très doux au toucher 😉

filage artisanal mérinos angelina

L’angora sans angoisse

Il est doux, duveteux, gonflant… mais il chatouille le nez ! (En tout cas le mien !) Voici les questions que j’ai posées, pour le mois de septembre, aux fileuses et fileurs du forum Tricotin : aimez-vous l’angora ? Comment l’utilisez-vous, “pur” ou en mélange ? Avez-vous des précautions particulières pour le teindre ? Et même, avez-vous des lapins ? Dites-nous tout, tout, tout sur l’angora !

Une des premières réponses que j’ai reçues concernait la difficulté à teindre l’angora… déjà, parce qu’il est difficile de faire pénétrer l’eau dedans. Mais à mon avis, pas seulement.

Du coup, j’ai choisi d’utiliser de l’angora blanc tout simple, sans aucune préparation. Et j’ai décidé de le filer plutôt fin, par petites poignées, avant de le retordre en navajo. J’avais prévu de tenter la teinture après filage plutôt qu’avant car il me semble généralement plus pratique, quand je recherche une teinte à peu près uniforme sur des fibres difficiles à “mouiller” – comme le proclame la réputation de l’angora –, de détremper un écheveau plutôt qu’un paquet de fibres. Mais j’avoue que même en faisant tremper mon écheveau très longtemps et en procédant en plusieurs couches de surteinture, sur deux jours (!), je n’ai pas réussi à obtenir une teinte aussi profonde que si j’avais utilisé le même produit avec de la laine, du mohair ou surtout de la soie…

L’aspect changeant est dû au fait qu’après avoir fait “boire” à mon fil une bonne dose de bleu, j’ai ajouté quelques gouttes de kaki qui se sont déposées juste sur l’extérieur. Cela crée une sorte de halo que j’aime bien 🙂

filage artisanal rouet angora filage artisanal rouet angora filage artisanal rouet angora

Qui aime les crêpes ?

filage artisanal au rouet fil crêpe

Eh non, ce n’est pas la Chandeleur ! D’ailleurs tout le monde sait que, pour les vrais amateurs de crêpes, il n’y a pas de saison… Mais je ne vous parle pas de la délicieuse galette que l’on connaît en France depuis le XIIIe siècle. C’est aux fileuses et fileurs du forum Tricotin que j’ai proposé cet été un thème de filage axé autour de la technique du fil “crêpe”.

L’étymologie du mot remonte au latin crispus qui signifie “frisé” ou “ondulé” – parce que les bords des crêpes présentent de petites ondulations. Il en va de même du tissu que l’on appelle “crêpe”, et qui a subi un traitement propre à lui donner un aspect ondulé.

En matière de filage, nous avons aussi nos “crêpes”, crepe yarns en anglais. Ils ont droit à tout un chapitre dans ma “bible” des structures de fils, The Spinner’s Book of Yarn Designs de Sarah Anderson. L’auteur les définit ainsi : ce sont les cousins à trois brins des fils câblés (qui en comportent quatre).

Quelle est donc la recette d’un bon fil “crêpe” ? Deux brins filés en S et un brin filé en Z. On retors d’abord en Z les deux brins en S, puis on retord à nouveau le fil à deux brins obtenu en S avec le brin filé en Z. Et si vous inversez le sens de tous les filages et retors, vous devriez parvenir au même type de résultat. Quoi, je vous ai perdus, là ? ? ?

Essayez, pour voir, vous comprendrez mieux. Avec des brins réguliers de grosseur similaire, on obtient un joli fil bien rond, avec la texture ondulée qui lui vaut son nom. Ensuite, en jouant sur les différences de grosseur et de couleur des différents brins, on obtient des effets pleins de charme.

Mais bien sûr, si vous préférez la recette des “crêpes” qui implique farine, œufs et beurre, faites-vous plaisir…

Pour ma part, je me suis reportée au chapitre de The Spinner’s Book of Yarn Designs dont je vous parlais plus haut, et j’ai eu du mal à choisir… Finalement j’en ai sélectionné trois : un crêpe “tout simple” (en bleu), un crêpe irrégulier car un des trois fils, le plus gros, est flammé (en vert) et un crêpe spiralé, mon préféré, qui évoque une torsade de perles (en mauve). Ces couleurs sont un peu mièvres – par rapport à ce que je fais habituellement – mais je pensais qu’elles permettraient de bien voir le relief. Je ne m’interdis pas de procéder à une surteinture pour leur donner plus de caractère…

filage artisanal au rouet fil crêpe

“Chacun pour soie”

filage soie artisanal nature morte

C’est le nom du thème que j’ai proposé en mai aux fileuses et fileurs du forum Tricotin

La soie, dans l’esprit de tous, c’est la fibre de luxe par excellence, la plus chère – même si, sur ce point, on se trompe : des fibres plus rares comme le cachemire lui dament le pion sur le plan financier. C’est en tout cas la plus solide, et une des plus brillantes parmi les fibres naturelles. C’est aussi une des plus fines, des plus douces… bref, elle a un petit côté recordwoman – pardon, recordfiber.

Pour l’adepte du filage, la soie se présente de diverses manières : fibres en ruban, en “mouchoirs” (mawatas), brick (connais pas le mot français, toute suggestion sera la bienvenue !), bourrette, déchets variés des processus de fabrication industrielle de fil de soie, fibres de sari…

Sous quelle forme la préférez-vous ? Comment la teignez-vous, si vous le faites ? L’utilisez-vous toujours en mélange ou osez-vous la filer à 100 % pure ? Et de quelle manière préférez-vous la filer ?

Pour moi, ce mois-ci, je me suis imposé un petit challenge : faire tout ce que je ne fais pas d’habitude avec la soie…

En général, je l’utilise en mélange (environ 20 %) pour donner du lustre, du tomber et du brillant à mes fils. Là, j’ai décidé de faire comme Jennyzephyrine, l’une de nos talentueuses participantes (pas de participant masculin ce mois-ci ! messieurs, lancez-vous !), et de l’utiliser pure à 100 %.

En général, je retors l’essentiel de mes fils à deux (ou trois) brins, ils sont plus solides et équilibrés, et j’aime le relief que cela apporte. Là, j’ai décidé de ne filer qu’un seul brin.

En général, je “piège ma soie” entre deux couches de laine pendant le cardage, pour éviter qu’elle reste collée sur l’un ou l’autre des rouleaux de ma chère Lisbeth II. Là, j’ai dû me débrouiller sans…

Mais au final, en ajoutant la soie dans la cardeuse en très petites quantités, j’ai réussi à faire une nappe cardée 100 % soie, et je l’ai retirée de la cardeuse avec mon diz pour obtenir une mèche aux accents très citronnés 😉 Du coup, ça m’a donné envie de faire un cake au citron ! Même si la mèche elle-même, avec ses larges portions de soie maulbère blanche et brillante, évoquait plutôt une tarte au citron meringuée.

filage soie artisanal nature morte

Ensuite, je l’ai filée sur mon Aura en réglant très finement le frein pour pédaler très leeeeeentement : je voulais un fil à un seul brin, mais pas trop fin non plus (trop facile !). En plus, j’avais un petit projet de tissage en tête, donc je tenais à atteindre un calibre assez précis. Le fait que la soie soit préparée en mèche a rendu la chose assez facile : environ 3 heures de filage pour 250 mètres de fil (l’écheveau pèse 85 grammes).

Mais je n’étais pas ravie de mon fil, que je trouvais dur et crissant pendant le filage. Après le blocage, toutefois, il était doux, presque duveteux (car très peu tordu), juste adorable !

filage soie artisanal nature morte