Je cartonne toujours !

Carnet à reliure button hole

La semaine dernière, j’ai participé à Créativ’Alchimie, un événement en ligne permettant d’assister gratuitement à un grand nombre d’ateliers et de démonstrations sur le thème des carnets créatifs.

C’est là que j’ai découvert (entre autres artistes intéressantes et passionnées) Cécile, de L’Atelier 2C, venue montrer comment réaliser un carnet avec la technique de la reliure japonaise. C’est la raison pour laquelle j’ai voulu vous parler, avant-hier, du carnet à reliure japonaise que j’ai fait il y a quelque temps. Cécile montrait une façon différente de procéder, et une couture différente, j’ai donc regardé son atelier avec plaisir. Atelier au cours duquel elle a présenté un stage virtuel pour un autre type de reliure, qu’elle appelle “button hole” et qui permet d’ouvrir le cahier complètement à plat. L’idéal pour un journal créatif.

J’ai eu très envie de suivre ce nouvel atelier, j’ai même commandé un kit avec toutes les fournitures nécessaires. Elles ne sont pas nombreuses, mais l’avantage du kit, entre autres… est que les cartons et les papiers sont déjà découpés à la bonne taille, hi hi ! Pratique pour découvrir la technique rapidement avant d’échafauder un projet plus personnel, pour faire un vrai grand journal créatif, avec des pages en papier mixed media (pour la couverture je m’en tiendrai sûrement au papier japonais qu’affectionne Céline, il y en a de si beaux ! la plus grande difficulté est de choisir !!).

Toutes les étapes sont bien expliquées et j’ai eu grand plaisir à apprendre cette nouvelle technique de couture. Au départ, on se sent un peu maladroit, mais on attrape vite le coup de main et elle permet de vraiment bien serrer les différents cahiers composant le carnet. J’ai beaucoup aimé ! J’ai hâte de suivre mon prochain stage… de haikus. Eh oui, le ciel est gris, la conjoncture est morose mais, moi, je voyage et je n’arrête jamais de créer ! 😊 et… je vous conseille d’en faire autant 😉

Carnet à reliure button hole
Carnet à reliure button hole
Carnet à reliure button hole
Carnet à reliure button hole

Un carnet relié à la japonaise

carnet reliure japonaise

J’ai participé le week-end dernier à un rassemblement virtuel très intéressant nommé Créativ’Alchimie, qui tournait autour du papier et des journaux créatifs. Non ! Il n’y a pas que la laine dans la (ma) vie ! J’aime aussi crayonner, calligraphier, cartonner… et j’ai eu l’occasion de regarder une vidéo sur la reliure japonaise qui m’a rappelée un stage que j’ai suivi il y a environ un an et demi, non loin de chez moi. Je suis venue feuilleter le blog pour retrouver les photos et… rien ! J’avais oublié de vous en parler, allez savoir pourquoi !

Comme je vais bientôt vous reparler de reliure, j’ai voulu faire les choses dans l’ordre et réparer cet oubli.

C’est donc un stage que j’ai suivi non loin de chez moi, pour une fois, car il était organisé par une association vanvéenne baptisée “Les Ateliers d’Expression”. Il était organisé par la relieuse d’art Hélène Potin qui nous a montré comment constituer les couvertures d’un carnet et les articuler avec quelques points de couture.

Une fois rentrée à la maison, j’ai refait la couture avec un fil réalisé pour l’occasion – avec un petit fuseau, il n’y a rien de plus rapide que de filer quelques mètres d’une soie assortie au papier que j’avais choisi pour recouvrir mon carnet. Et voilà, un petit carnet pour noter tous les détails de mes cordons et lacets réalisés avec la technique du kumihimo. Là aussi, je vois qu’il y a bien des choses que je n’ai pas encore pris le temps de photographier… patience, ça vient 😉

carnet reliure japonaise
carnet reliure japonaise

Royale au bar

collection d'écheveaux filés mains artyarn cocktails spritz st-germain

L’année dernière, j’ai dû abandonner bon nombre de projets créatifs ; ç’a été une année difficile pour bon nombre d’entre nous, et en ce qui me concerne, ce sont les loisirs qui ont “souffert”.

Je ne suis pas certaine que 2021 sera meilleure, mais je ne me sens pas capable de renoncer encore une fois à explorer le filage sous toutes ses formes : j’en ai besoin, tout simplement ! J’ai donc décidé de commencer une nouvelle “collection”.

En 2020, de nombreux Français coincés chez eux par le confinement ont découvert le plaisir de faire du pain. Comme j’avais déjà exploré ce chemin, je me suis amusée avec d’autres découvertes culinaires, et pourquoi pas la mixologie ? Des cocktails bien frais et légers pour les fameux apéros du week-end avec ou sans copains en vidéoconférence, avec ou sans applaudissements… mais souvent avec des bulles 😉

C’est très facile, pour un commerçant alimentaire, de me pousser à glisser une nouvelle liqueur parfumée dans mon Caddie : il suffit de faire une jolie étiquette, un beau flacon, et hop ! Je ne peux pas résister. Quand j’ai vu ce coffret de liqueur St-Germain, avec ses deux superbes verres, je n’ai pas pu résister. Je savais que ma tribu allait se moquer de moi, ils me connaissent comme s’ils m’avaient tricotée et je me fais souvent traiter de “tête de gondole”.

Bon, mais une fois achetée, il fallait la goûter, cette liqueur aux fleurs de sureau. Heureusement, la marque propose toutes sortes de recettes de cocktails sur son site, la plus emblématique étant le spritz.

Bizarrement, le site de cette marque française mélange textes en anglais et en français, et je n’ai trouvé nulle part de bouton pour choisir sa langue. Peut-être un défaut d’affichage sur mon navigateur ?

Je vous ai en tout cas traduit la recette ci-dessous.

Le St-Germain Spritz

Remplir de glaçons un verre highball (aussi nommé tumbler ou long drink).

Ajouter 40 cl de liqueur St-Germain, 60 cl de blanc pétillant (type prosecco, saumur, ou pourquoi pas du champagne) et 60 cl d’eau gazeuse.

Bonne dégustation !

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Le fil

Bon, quittons le comptoir (virtuel) et intéressons-nous un peu à cette nouvelle collection exploratoire : “Royale au bar”. Elle consiste à s’inspirer de la bouteille, de son contenu, du cocktail réalisé, ou bien des trois à la fois. Ici, j’ai voulu copier la couleur de la liqueur elle-même, en ajoutant une touche de doré évoquant l’encadrement de l’étiquette, et travailler sur la structure du fil pour obtenir un effet de bulles.

Question couleur, j’ai eu la flemme de sortir mon matériel de teinture (elle commence bien, cette reprise… 😀 ), et je me suis dit que ce serait sympa de mélanger plusieurs coloris de mérinos déjà teint par cardage. Cela donne un fil chiné et j’adore tout ce qui est chiné, pas vous ?

Avant de passer un mélange en cardeuse, si je cherche à obtenir une couleur particulière, je fais de tous petits échantillons pour savoir quels coloris mélanger, et dans quelles proportions. Pour cela, l’idéal est une paire de peignes. Là, j’ai dû faire cinq essais avant d’arriver à un coloris qui me convienne, et j’ai utilisé quatre coloris différents, deux en grande quantité, et deux en petite touche. Car, dans cette liqueur dorée, il y a une pointe de vert…

Pour rendre les “bulles”, j’ai décidé de faire un fil câblé et “coilé”. Ces fils sont souvent assez gros, mais rien n’empêche de les faire plus fins, il faut pour cela que le premier filage soit bien fin. Il faut aussi que le fil “d’âme” des coils soit fin, mais résistant aussi. J’ai utilisé un fil métallisé Gunold, qui s’est super bien prêté à l’exercice des coils.

Si vous ne savez pas faire des coils, c’est assez simple : on retord le fil de mérinos et le fil métallisé en tenant le premier à 90° du second pour qu’il s’enroule autour en spirale bien serrée. Ensuite, nouveau retors (je vous ai dit que ce serait un câblé !) : j’ai mis le fil en pelote à l’aide de ma pelotonneuse, j’ai attrapé les deux extrémités et je l’ai tout simplement retordu sur lui-même. Les coils se sont imbriqués les uns dans les autres en produisant l’effet de bulles recherché.

Ah, je ne vous ai pas dit si le St-Germain Spritz était bon : oui, c’est très agréable, sucré comme un bonbon, léger en alcool car il y a beaucoup d’eau et de glaçons.

collection d'écheveaux filés mains artyarn cocktails spritz st-germain
collection d'écheveaux filés mains artyarn cocktails spritz st-germain

Octaédrier… je persiste et signe !

calendrier de l'avent octaédrier filage artisanal

Même si je me laisse parfois déborder, je ne suis pas du genre à lâcher le morceau (surtout quand il est appétissant). Au cours de ce mois de décembre, j’ai donc encore travaillé sur mon “octaédrier”, commencé en 2018 (pour mettre les fibres de côté), continué en 2019 (pour les filer au fuseau) et terminé ou presque en 2020 (pour les retordre). Pas tout à fait terminé, car il me reste à en faire quelque chose, de ces petites “tortues” enfin retordues !

Voici le résultat : un bel écheveau de plus de 1 000 mètres pour environ 255 grammes. J’ai attaché tous les fils ensemble pour les bloquer, puis je les ai séparés pour obtenir une pleine corbeille de petites pelotes prêtes à être utilisées. Je pense les tisser toutes ensemble ; je m’attends à une écharpe très bariolée, mais sera-t-elle à mon goût, moi qui hésite toujours à mélanger trop de couleurs ? L’avenir me le dira. En tout cas, si elle me plaît, nul doute que je pourrai la porter tous les jours, car elle devrait s’assortir d’une manière ou d’une autre à tous mes vêtements (et mes chapeaux) ! 😀

calendrier de l'avent octaédrier filage artisanal

J’ai hâte de pouvoir sortir mon métier à tisser et vous montrer le résultat. Après avoir été privée de tissage pendant si longtemps, j’espère vraiment m’y mettre le plus tôt possible (appel aux bonnes volontés familiales… car je vais devoir mobiliser la grande table pendant quelques heures, le montage de la chaîne ne va pas être simple).

J’ai longtemps réfléchi à ce projet, même – et surtout ! – quand je ne pouvais pas y consacrer de temps. Tisser tous ces fils, les marier dans un seul et même projet me paraît indispensable. Je n’ai pas le cœur à achever ce projet en fourrant ces adorables petites pelotes dans un sac ou un panier avec l’idée d’y recourir quand j’aurai besoin de telle ou telle couleur pour une autre création : comment pourrais-je les séparer ? Du fond de leur corbeille (faite main !), on dirait une couvée de poussins multicolores… et on ne sépare pas une fratrie.

Mais je ne vais pas oublier mon fiasco de 2019 : je n’ai pas réussi à filer tous les octaèdres de fibres en temps et en heure. Pas étonnant, car je filais au fuseau et surtout, je filais beaucoup trop fin (au fuseau, je ne peux pas m’en empêcher). Et surtout, j’ajoutais cela à toutes sortes d’autres projets, et en période de fêtes et de marché de Noël, c’est justement là que j’ai le moins de temps libre.

Pas question de renoncer à ce calendrier de l’avent qui me plaît beaucoup pour autant. Simplement, j’ai tiré les leçons de ce retard. Si je veux réussir mon octaédrier 2021, il faut que je mette toutes les chances de mon côté : il faut que le projet soit réaliste, et il faut que j’aie, cette fois, un vrai projet en tête, pas juste un plaisir gourmand lancé en l’air. Et il ne faut pas que je travaille à quoi que ce soit d’autre pendant cette période, en tout cas en matière de fibres.

Mon projet pour 2021 et 2022 est de réaliser quelque chose de plus ambitieux. Si je peux m’attendre à au moins 24 coloris différents, pourquoi pas un plaid au crochet ? C’est un exercice que j’aime beaucoup, je me suis régalée en réalisant le plaid “Nuts About Squares”. Je suis tentée par le Mystical Lanterns Blanket de Jane Crowfoot, mais je me doute que d’ici deux ans, je risque d’être alléchée par bien d’autres choses… par exemple, je pourrais avoir envie de m’attaquer à un travail de tricot type entrelacs. Pourquoi pas.

En tout cas, il me faudra plus de fil, sans doute d’un plus gros calibre. Et si je veux plus de fil, il faut que je file au rouet, sinon je n’y arriverai jamais. J’ai déjà évalué que j’avais passé plus de cent heures à filer cet octaédrier au fuseau ! Il faudra aussi que je travaille avec un échantillon de base pour que la grosseur des fils soit homogène.

J’adore les coloris chinés et j’ai été trop longtemps éloignée de ma chère cardeuse, bien que j’aie pu filer au moins une “Rose des vents” cette année. Peut-être que ce serait l’occasion de me régaler de mélange chinés… Si tout va bien, je pourrais donc passer mon mois de janvier à créer des couleurs inédites – au moins 50 grammes chacune, si je veux avoir de quoi obtenir un plaid assez grand pour bouquiner au chaud un soir d’hiver ! – et à les stocker pour Noël 2021. Et vous, vous n’êtes pas tenté(e) par l’aventure ?

Je jette avec grâce mon feutre…

chapeau feutre sur mesure karin cogen wecandoo

… Je fais lentement l’abandon
Du grand manteau qui me calfeutre,
Et je tire mon espadon ;
Élégant comme Céladon,
Agile comme Scaramouche,
Je vous préviens, cher Mirmydon,
Qu’à la fin de l’envoi, je touche  !

Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand, 1897

En véritable passionnée de Cyrano, je n’allais quand même pas vous laisser échapper à cette petite citation alors que je prévoyais de vous parler d’un chapeau de feutre… mais j’avoue que je n’en suis pas encore au point de réaliser un chapeau à large bord digne de notre cher bretteur (déjà, il faudrait que je me trouve un troupeau d’autruches ou autres volatiles pour les plumes  !).

Pour en revenir à mes bricolages de l’année, je vous ai parlé des chapeaux de paille réalisés cet été dans l’atelier de Karin Cogen, en voici la suite logique… et hivernale. Ou plutôt, automnale, en ce qui concerne celui-ci, puisque je l’ai porté tout l’automne.

Alors, je sais, des chapeaux en feutre, j’en ai déjà fait. Mais c’était avec la technique du feutrier, et non celle du chapelier. Et j’avais très envie d’explorer cette dernière, d’abord pour mon propre usage, et ensuite parce qu’elle devait nécessairement m’aider à améliorer mon travail de feutrière.

Karine m’a donc appris à partir d’un cône de laine tout prêt pour mettre en forme un chapeau sur le même modèle que ceux que j’ai faits en paille cet été, et qui me va plutôt bien. Le travail du cône de feutre est très différent de celui de la paille, mais très plaisant aussi, et le résultat m’a tellement séduite que j’ai eu envie d’autres chapeaux. Vous me connaissez, j’aime la couleur : j’avais commencé par un feutre marron parce que c’est facile à assortir (et parce qu’il va très bien avec le sac en cuir réalisé chez Sofia), mais j’ai vite pensé aux vestes et manteaux que je porte l’hiver, à mes écharpes, cols et châles préférés, et il m’en a fallu plus.

Mais j’avais envie de personnaliser cela, en commençant par la couleur. J’en arriverai peut-être à feutrer mes propres cônes, mais pour commencer simplement, je me suis dit que je pourrais déjà jouer avec mes flacons de teinture… Patience  ! Je vous en parlerai bientôt  !

Une nouvelle “Rose des vents”

filage artisanal écheveaux dégradés rose des vents rue de la laine

Je retrouve doucement le chemin de mon (hum, mes !) rouet(s), quel bonheur ! La section des “Roses des vents” de la boutique était vide depuis le printemps, c’était très dommage, car je prends beaucoup de plaisir à les imaginer, à les filer et à les présenter. Voici donc une petite nouvelle : Artémis ! Elle propose des tons directement hivernaux… car je ne suis pas sûre d’avoir le temps d’en faire une avant Noël, mais qui sait ?

filage artisanal écheveaux dégradés rose des vents rue de la laine
filage artisanal écheveaux dégradés rose des vents rue de la laine

Et maintenant, je “travaille du chapeau”… sur mesure

chapeau paille sur mesure karin cogen wecandoo

Avec le surcroît d’activité lié à la pandémie, je suis toujours éloignée de mon métier à tisser (mais j’ai pu retrouver mon rouet par courts instants – j’espère pouvoir vous montrer bientôt le résultat !).

En attendant, je continue ma découverte d’autres domaines créatifs, ce qui m’a donné l’opportunité de réfléchir à mon look. J’ai longtemps cru que je n’avais pas “une tête à chapeaux”, selon l’expression consacrée, et j’ai finalement découvert qu’en fait, je n’avais juste jamais porté un chapeau qui m’aille.

L’année dernière, j’ai offert un stage à mon amoureux, chapophile convaincu depuis toujours, pour apprendre à faire un panama. En passant encore une fois par la plate-forme Wecandoo. Il est revenu avec un très beau couvre-chef qui lui va comme un gant, et qui m’a rendue un peu jalouse… J’ai donc à mon tour découvert le tout petit atelier de Karin Cogen pour m’en faire un également.

Elle m’a proposé plusieurs cônes de paille et j’en ai choisi un noir sur lequel des petites bouboules en relief me rappelaient immanquablement les écheveaux texturés que j’adore bricoler avec mon Aura. Ensuite, elle m’a montré comment le façonner sur une forme en bois de la taille de mon crâne, avec un fer et une pattemouille. La sensation malléable et souple de la paille m’a beaucoup plu ! C’est un travail délicat mais pas trop, et Karin est un très bon professeur, elle partage son savoir avec simplicité et douceur, l’ambiance était vraiment agréable.

Après séchage (le stage se fait en deux fois), il s’agissait de poser le ruban intérieur, cousu à la main à tous petits points dans la coiffe. Une étape très importante, car tout le confort du chapeau en dépend. Et, avec l’aide de Karin, une étape réussie : une fois le chapeau sur ma tête, je le sens à peine, mais si une bourrasque souffle, il reste quand même bien en place. Ensuite, le ruban décoratif, et Karin avait deux rouleaux de cette couleur mordorée, ni jaune ni verte, que j’adore (il n’y a qu’à voir le nombre de tricots que j’ai pu faire avec des fils dans ces tons-là). Je me suis amusée à superposer un ruban étroit ton sur ton par-dessus un autre, plus large. Et enfin, pour finir, recouper le bord à la bonne largeur (mes yeux sont protégés du soleil mais mon visage n’est pas caché) et le border d’un dernier ruban, à cheval, pour une finition impeccable.

J’ai adoré faire ce “comme un panama” (les vrais sont fabriqués en Amérique du Sud, bien sûr). C’était un peu comme de la sculpture, mais la légèreté du matériau était très agréable. Le chapeau terminé ne pèse que 54 grammes ! La paille est aérée, si bien que lorsqu’il fait chaud, je sens le vent passer à travers et me rafraîchir le sommet du crâne, c’est un vrai plaisir. Je l’adore, je l’ai porté tout l’été. Je me sens élégante et originale… et je n’ai pas besoin de me coiffer 🙂

Du coup, en rentrant de vacances, j’ai eu envie d’en faire un autre, cette fois-ci assorti à mon joli panier rustique, que j’utilise comme sac à main. J’ai donc choisi une paille claire, plus classique, et un ruban violet. Cette fois, Karin n’a presque pas eu besoin de m’aider car je me souvenais des étapes, et toutes les mesures avaient été prises la fois précédente. Oui, bien que je me sente élégante et originale, ma tête n’a pas enflé, un miracle !!

chapeau paille sur mesure karin cogen wecandoo

Souffler le verre : un rêve de gosse

stage de soufflage de verre paris

Avez-vous déjà assisté à une démonstration de soufflage de verre ?

Il n’y a rien de plus magique.

Le souffleur est toujours en mouvement tandis qu’il “joue” avec une boule de verre en fusion sortant d’un four chauffé à plus de 1 000 °C. Mais ses mouvements sont précis, gracieux, et semblent paisibles : il sait ce qu’il fait. Pourtant, il faut aller vite, enchaîner les étapes de la fabrication de l’objet qu’il a en tête avant que la matière refroidisse et devienne dure et cassante. Le verre flamboie comme de l’or, fascinant et dangereux. Dirigé par des mains de maître (verrier), il se façonne, se gonfle, s’épanouit, et voilà un verre, un vase, une coupe…

Renseignez-vous, de nombreux ateliers en France permettent d’assister à des démonstrations, et c’est toujours magique. Allez-y, emmenez vos enfants si vous en avez, vous ne le regretterez pas.

Depuis le début du confinement, mon atelier a dû redevenir un bureau pour quelques mois, et je n’avais plus vraiment accès à mes métiers à tisser ni à mes rouets – ce qui ne m’a pas empêchée de jouer du fuseau, heureusement pour ma santé mentale… et celle des gens qui m’entourent 😉

Mais puisque je ne pouvais pas créer chez moi, je suis allée, dès que les portes se sont entrouvertes, créer chez les autres ! Pourquoi pas ? Par exemple, je vous ai raconté il y a environ un mois mes exploits en couture du cuir avec Sofia.

Connaissant ma passion pour ce spectacle, mon prince m’a offert le stage ultime, celui dont je rêvais sans oser me lancer : souffler le verre. Comment m’imaginer arrivant dans un atelier de verrier, avec toute mon incompétence dans ce domaine, et pouvoir, en quelques heures, faire connaissance avec ce rite magique ? Un verrier parisien consacre pourtant tous ses week-ends à partager son art, à transmettre les gestes de son quotidien pas comme les autres : Thomas. Après quelques heures dans son atelier, j’ai eu l’impression qu’il aimait encore mieux enseigner que créer, et il a un vrai talent pour ça : c’est un pédagogue né. Certes, je ne suis pas sortie de là avec la capacité de souffler le verre par moi-même, mais j’avais vécu l’aventure et produit quelques pièces de guingois que j’adore, avec tous leurs petits défauts, et dans lesquelles je bois désormais tous les jours. Totalement emballée.

J’ai vraiment apprécié la fougue avec laquelle Thomas explique les étapes du travail du verre, la gentillesse avec laquelle il accompagne chacun de nos gestes, son humour… et sa prudence : pour s’être brûlé souvent, il a l’œil à tout, malgré la concentration que demande le travail du verre, et il a su m’empêcher d’un geste de poser machinalement la main sur une tige de métal brûlante ! (Après ça, je vous garantis que j’ai fait gaffe : heureusement que l’on peut enfiler une manchette de protection et qu’un collègue est là avec une palette de bois pour vous protéger – encore mille mercis, Patricia, et pour les photos aussi ! – car je vous jure que ce verre CHAUFFE !)

L’atmosphère dans notre petit groupe était excellente, il faut dire qu’on était tous comme des gamins émerveillés…

Voilà donc mes exploits : tourner la canne, souffler doucement, utiliser les fers à trancher, ouvrir délicatement (hum, j’ai eu l’impression d’être une vraie brute, heureusement que j’ai bénéficié de l’aide de Thomas !) le “buvant” du verre, etc. Je vous fais grâce de toutes les étapes, je pourrais en parler pendant des heures. J’ai bien soûlé ma tribu en rentrant à la maison ! Comment ont-ils résisté à l’envie de me casser les fameux verres sur la tête, mystère ! 😀

stage de soufflage de verre paris
stage de soufflage de verre paris
stage de soufflage de verre paris
stage de soufflage de verre paris
stage de soufflage de verre paris

Mon premier gobelet est tout de guingois. Je m’en amuse : il est si penché que, lorsqu’il est plein, on dirait que c’est l’eau qui est inclinée ! J’adore !

stage de soufflage de verre paris
stage de soufflage de verre paris

Après le gobelet “d’entraînement”, nous avons tenté une pièce plus grosse, un petit carafon à large goulot parfait pour réaliser des eaux parfumées bien fraîches (en photo, au tout début de ce post, la recette préférée de ma fille : un mélange très efficace de concombre et de menthe – attention à retirer la brochette après quelques heures, sinon la peau du concombre donne trop d’amertume au breuvage). Puis, petit pique-nique, moment de repos au frais – loin des fours, que dis-je ? des fournaises ! – et nous voilà repartis pour de nouvelles aventures… J’ai essayé un verre à bière. La courbe en est un peu irrégulière, mais il contient la juste dose d’IPA 😉

stage de soufflage de verre paris

Je ne suis pas repartie avec mes créations, qui devaient refroidir tout en douceur dans un four ad hoc. Pourtant je “brûlais” de les voir, car j’avais à peine eu le temps de jeter un coup d’œil à chaque pièce avant que Thomas aille les déposer au chaud. Mais quand je suis allée les récupérer, bien emballées dans un carton orné d’une jolie étiquette, c’était comme un cadeau de Noël. En plus, Thomas avait glissé une enveloppe pleine de surprises à l’intérieur : badges, autocollants, cartes, et deux super photos de notre groupe prises à l’issue du stage. J’ai bien reconnu sa gentillesse et sa prévenance ! Il s’est décarcassé pour que nous remportions de ce moment un souvenir inoubliable.

Je vous préviens tout de même, si vous souhaitez tenter l’aventure, lancez-vous sans tarder et armez-vous de patience, car la liste d’attente est longue, comme on peut l’imaginer…

Le retour de l’octaédrier !

calendrier de l'avent octaédrier filage origami

Je suis obligée de l’avouer, c’est devenu une vraie légende dans la famille, mon octaédrier.

Un calendrier de l’avent qui dure non pas 24 jours, mais plusieurs années, avouons que ce n’est pas banal !

Mais ils me connaissent, ils savent que j’ai tendance à inventer mille projets à la seconde et à en démarrer presque tous les jours, et ils avaient bien deviné que je ne pourrais pas tenir les délais – surtout pendant un des mois les plus chargés de l’année, où je m’investis à la fois dans les joyeuses fêtes à fêter en famille, et dans le marché de Noël de ma ville, où je suis à la fois exposante et organisatrice. Bref, d’après eux, je ne suis même pas capable de me tenir au simple fait de manger un chocolat par jour, alors filer une poignée de fibres au fuseau…

Mais revenons au début de l’aventure : dès janvier 2018, je présentais aux lectrices et lecteurs de ce blog mon idée d’un calendrier de l’avent que l’on prépare au début de l’année pour le savourer 12 mois plus tard. Je l’ai baptisé “octaédrier” parce que j’avais glissé des poignées de fibres à filer dans des boîtes en origami en forme d’octaèdres.

Au début, ça s’est bien passé : j’ai confectionné assez rapidement les 24 petites boîtes et je les ai garnies chaque jour d’une poignée de fibres piquées dans mes stocks, ou parfois offertes par des copines fileuses amusées par cette aventure. Et comme prévu, je les ai toutes empilées dans un sac en papier en attendant l’hiver, tel un écureuil ses noisettes. Mais, déjà, je me réservais sans le savoir un piège à moi-même : d’un jour à l’autre, je bourrais mes petites boîtes de plus en plus… ah là là… ma gourmandise, vraiment, me perdra un jour.

En me relisant, je vois que j’avais prévu de faire un post récapitulatif de tous mes “remplissages d’octaèdre” au mois de juin, mais on dirait bien qu’il est “passé à l’as”, comme disait ma grand-mère. Si cela vous amuse, vous pouvez les revoir sur mon compte Instagram avec le hashtag #octaédrier.

Toutefois, fin novembre, j’étais fidèle au poste pour transformer toutes ces petites boîtes en un véritable calendrier de l’avent, en les suspendant à un cadre à tapisserie qui est toujours accroché à l’un des murs de mon atelier. Et le 1er décembre, je vous garantis que j’étais bien à l’heure pour cueillir le premier “fruit” (il suffisait de tirer sur le fil, qui se cassait assez facilement) et commencer à filer.

Comme c’était une très petite quantité de fibres, il me paraissait normal de les filer sur un tout petit fuseau. Mais là, je me tendais sans le savoir un second piège : sur un petit fuseau, j’ai l’habitude de filer plutôt fin. Ça n’en finissait pas. Impossible de tout faire en une journée – que dis-je ? En une soirée. Vous savez, ce petit moment où tout le monde est couché et où on peut enfin s’offrir du temps pour soi, après la journée de travail, les corvées domestiques et les rigolades en famille ou entre copains.

Bref, ça a dérapé assez vite, je ne pouvais pas suivre le rythme. Les jolis “fruits” sont restés suspendus une partie de l’année 2019… J’étais prise par une myriade d’autres projets, tous aussi alléchants… J’ai été inconstante… En juillet 2019 (elle est passée où, cette année 2019 ? aucune idée !!), j’ai décroché ce qui restait – quasiment la moitié, honte ! – et j’ai tout fourré dans un sac pour y travailler pendant mes vacances. Et je n’y ai pas touché. J’avais emmené aussi d’autres choses à filer, qui sont passées devant ! Honte, honte ! (Je ne sais pas résister à une “Rose des vents”…)

En décembre 2019, un peu échaudée, j’ai laissé tomber l’idée du calendrier : j’étais à fond dans ma nouvelle collection d’écharpes, les “Sismogrammes”, j’ai adoré faire ça, c’était presque hypnotique. Et ensuite, j’ai tenu absolument à terminer mes écheveaux du “Thème du mois” du forum Tricotin, sur lesquels j’avais également trouvé le moyen de prendre du retard. Toujours quelque chose à faire, quoi !

Puis 2020 est arrivé. Quand les événements que vous savez se sont déroulés et que je suis entrée en confinement avec ma petite famille, j’ai dû mettre de côté la plus grosse partie de mes moments créatifs en matière de tissage et de filage, car mon atelier s’était transformé en bureau pour divers membres de la tribu, dont moi-même. C’était une chance que nous puissions tous continuer nos activités professionnelles et estudiantines, mais c’était quand même aussi un crève-cœur, d’une certaine manière. Et là, j’ai retrouvé ce plaisir de filage si simple, si facile à prendre et à laisser, si peu encombrant : mon petit fuseau, et mes octaèdres pleins de délicieuses fibres préparées par moi-même pour un futur que, en 2018, je n’imaginais pas si sombre.

Avant la fin du confinement, tout était filé, et j’étais en possession de 26 adorables petites “tortues” de fil plutôt fin. Pourquoi 26 et pas 24 ? Parce que dans deux de mes octaèdres, j’avais mis deux poignées de fibres différentes, et au final je n’ai pas eu envie de mélanger les couleurs.

calendrier de l'avent octaédrier filage origami

J’ai été ravie de terminer enfin cet octaédrier. J’adore arriver au bout d’un projet, même si je suis parfois capable de mettre des années à le faire.

Mais, soyons honnête, je n’étais pas vraiment au bout… Donc mon esprit joueur a chaussé à nouveau ses bottes de sept lieues, et j’ai préparé mon octaédrier de Noël 2020.

Je vous défends de rire !

En fait, si, riez tant que vous voudrez, on en a tous bien besoin en ces temps difficiles 🙂

Toutes ces petites “tortues” devaient maintenant être retordues… Je n’utilise que très rarement des fils monobrin… Donc, j’ai préparé un nouvel octaédrier. Je conserve le nom, mais je n’ai pas eu envie de refaire 24 octaèdres, j’aime la nouveauté ! J’ai trouvé sur le blog L’Atelier des gourdes le patron d’une adorable petite boîte en forme d’étoile. J’en ai confectionné 24 en trois tailles différentes (vous vous souvenez ? j’avais de plus en plus de fibres, donc des “tortues” de plus en plus grosses), j’ai glissé mes “tortues” dedans et elles me semblaient si mignonnes que je n’ai pas eu envie d’attendre la fin novembre pour les suspendre à mon mur.

Cette fois, j’ai confectionné les étoiles en papier blanc (un grammage supérieur au papier machine ordinaire, peut-être du 120 g/m2), je les ai suspendues à mon cadre à tapisserie puis j’ai peint les chiffres dessus au pinceau.

Serai-je capable, cet hiver, de respecter les dates et de retordre une “tortue” par jour ? Ma foi, l’avenir nous le dira, je n’ose plus prendre de paris !!! 😀

calendrier de l'avent octaédrier filage origami
calendrier de l'avent octaédrier filage origami

Pochette confinée, mais fleurie

pochette cousue main en tissu et sangle inkle loom

Nous ne sommes plus supposés être confinés, mais il n’est quand même pas simple de prendre les transports en commun en région parisienne pour le moment. Et je n’ai pas de magasin de tissu près de chez moi. J’ai donc fabriqué mon cadeau de fête des Mères avec ce qui traînait dans mon atelier… mais, je vous rassure, il y a largement de quoi faire ! Avec ma manie de ne rien jeter, presque toutes les chutes de tissu de mes vêtements sont prêtes à se transformer en petits ouvrages. Sans compter que ma mère me donne de temps en temps des morceaux de tissus anciens et beaux dont elle n’a pas pu se séparer.

Et je peux vous le dire, tout au long de ce confinement, j’ai béni ma tendance à accumuler du matériel et des matières premières – et ce dans tout les domaines, même celui du papier et du toner d’imprimante !

pochette cousue main en tissu et sangle inkle loom

Par exemple, ce très beau tissu à fleurs vient de rideaux que ma mère a confectionnés il y a des décennies. Il en restait très peu, mais cela suffisait pour les poches (extérieure et intérieure) d’une petite pochette à porter en bandoulière. C’est ce qu’elle préfère utiliser pour aller faire du shopping. J’ai fouiné dans mes chutes de lin pour le sac en lui-même et sa doublure, j’avais déjà le fil et le bouton magnétique, je n’ai acheté que la fermeture à glissière.

En fait, le confinement ayant causé une certaine sur-occupation de notre appartement dans la journée, j’ai dû souvent retransformer mon atelier en bureau et le partager, donc oublier toutes les activités exigeant un gros déploiement de désordre et de matériel encombrant : tissage, cardage et filage fantaisie, teintures… Je me suis restreinte au tricot et au filage au fuseau, mais j’ai quand même essayé d’avancer mes nombreux projets de couture.

Or, devant quelques pièces de vêtement un peu plus compliquées, j’ai parfois un blocage de couture. Je m’attends à des difficultés ou des gestes fatigants (manipuler plusieurs mètres de tissu très lourd pour tailler un grand peignoir en nid-d’abeilles de lin, par exemple) et une grosse flemme m’envahit. Dans ces cas-là (et ça vaut pour bien des types d’ouvrage), il faut “réamorcer la pompe” avec quelque chose de rapide et facile. Or, en couture, ce que j’aime faire, c’est des petits sacs. J’ai donc décidé de faire une série de sacs pour me remettre en selle… d’où cette pochette.

Le modèle est assez simple à réaliser, même si j’ai toujours quelques difficultés à faire des finitions parfaites au niveau des fermetures à glissière ; il permet d’utiliser de petites pièces de tissu en savourant le plaisir d’assortir les couleurs. En plus, j’ai quand même pu tisser un peu sur mon inkle loom, qui n’est pas aussi encombrant qu’un vrai métier, pour réaliser une bandoulière assortie… avec les restes de coton de mon plaid Nuts About Squares. Ils étaient pile-poil dans la bonne harmonie de couleurs !

pochette cousue main en tissu et sangle inkle loom
pochette cousue main en tissu et sangle inkle loom