Qui s’y frotte s’y pique !

pique-aiguilles

Après deux mois de repos bien mérités, me voici de retour au rayon bricolage… Cet été, j’ai fait pas mal de couture, et je ne manque pas de chutes de lin pour toutes sortes de petites bidouilles ludiques et vite faites.

Si vous me lisez depuis longtemps, vous aurez peut-être reconnu sur cette photo l’adorable petit bol à thé que Chantal m’a offert en 2015. Il s’agissait de me fournir un peu d’inspiration pour ma toute première collection, intitulée “Ma tasse de thé”, et ça n’a pas raté. Il y a pile trois ans, je publiais donc la photo de l’écheveau que ce petit bol m’avait inspiré. Canicules d’août obligent, je l’avais alors rempli non de thé, mais de granité au citron vert, miam !

Le petit bol a ensuite bien sûr contenu du thé, mais parmi les nombreux verres, bols et tasses à thé qui ornent mes étagères, la concurrence était rude. Sans compter que – je n’aurais jamais pensé écrire cela un jour, à croire que je vieillis… – il y a des limites au nombre de thés qu’une fille peut ingurgiter quotidiennement.

Bref, le petit bol ne me servait pas souvent ; pourtant j’en aime beaucoup et le dessin, et les couleurs. J’ai eu envie de lui proposer une autre fonction, qui lui permettrait de trôner à longueur d’année sur mon bureau. Et je me suis dit que ce bricolage pourrait vous donner des idées pour tirer vous aussi de l’oubli, qui sait, une tasse ébréchée mais bien-aimée en attente d’une seconde jeunesse.

Pour transformer mon bol en pique-aiguilles, il me suffisait d’une chute de lin, d’un brin de fil à coudre trèèès solide et d’une poignée de laine décidément trop rêche pour être filée.

pique-aiguilles

Pour déterminer le rayon de votre rond de tissu, comptez la hauteur du bol ou de la tasse + la moitié du diamètre. Cela sera peut-être un peu trop grand, mais j’aime procéder par essais-erreurs : j’ai fait un premier test qui était un peu trop grand, puis j’ai recoupé une bande de 2 cm tout autour du rond et le second test fut concluant.

Attention, vous allez devoir serrer fort pour rassembler tout le tissu et transformer votre rond en petite bourse, alors je vous conseille de choisir un fil très résistant et de l’utiliser en double. Cousez à grands points droits à environ 1 cm du bord et tirez sur le fil progressivement pour former vos fronces de manière régulière.

pique-aiguilles pique-aiguilles pique-aiguilles

Bourrez le tissu de vieilles fibres, de kapok ou de rembourrage polyester et serrez votre fil au maximum avant de nouer. Enfoncez ce coussinet dans la tasse ou le verre – vous n’avez plus qu’à y piquer vos aiguilles ! Si vous le souhaitez, vous pouvez fixer le coussin dans la tasse avec quelques points de colle. Pour ma part, la taille et le degré de rembourrage étaient impeccables et il est bien coincé, donc je n’ai pas eu à le faire : ainsi, je peux toujours boire du thé dans mon petit bol si j’en ai envie.

3 réflexions au sujet de « Qui s’y frotte s’y pique ! »

  1. Très bonne idée, comme toujours.
    Merci pour le clin d’œil; c’est sympa de voir un petit objet comme celui là t’inspirer à nouveau!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *