Un beau maquereau

fil artisanal art textile maquereau soie

Voilà des années que je propose des thèmes de filage aux fileuses et fileurs du forum Tricotin et je ne leur avais jamais fait le coup du poisson d’avril ! Comment cela se fait-il ???

Cette année, je ne suis pas passée à côté et je leur ai donc proposé de s’inspirer de ces magnifiques créatures que l’on rencontre au fond des mers, au creux des abysses ou sur les cailloux des rivières. Il suffit de faire quelques recherches pour trouver des idées, l’inspiration ne manque pas. Tout le monde sait à quoi ressemble une sardine mais avez-vous déjà vu un axolotl ? un blobfish ? un poisson-cachemire ?

Pour ma part, je suis restée au bord de nos côtes : j’ai toujours adoré les rayures irisées et le ventre blanc nacré des maquereaux. Je suis donc allée chez mon poissonnier, à la “Marée fraîche du Nord”, où Johan, qui a une âme d’artiste, ne m’a pas prise pour une folle quand j’ai demandé un maquereau plus coloré que celui qu’il me proposait, en avouant que je comptais l’inclure dans une nature morte. Après m’avoir demandé s’il s’agirait de peinture ou de photo, il les a tous retournés pour trouver le plus beau, et m’a dit qu’il ne le viderait pas pour lui conserver son joli galbe. De retour à la maison, j’ai plongé avec délices dans mon stock de soie. Impossible d’utiliser autre chose pour un poisson aussi brillant ! De la soie maulbère blanche très brillante pour le ventre, de la soie tussah de différents verts et gris pour le reste du corps, et du noir pour les taches. J’ai passé tout ça dans la cardeuse avant de le filer en single, très peu tordu.

fil artisanal art textile maquereau soie

Il a adoré son petit plongeon dans le lavabo pour le blocage, normal pour un poisson 😉

fil artisanal art textile maquereau soie

Après cela, une petite mise en scène, une jolie photo, la voilà notre nature morte… puis, les choses sérieuses : vider et cuire la bête avant de passer à table. Pas pour moi, je n’aime pas trop le poisson, mais j’ai à la maison un homme conciliant qui accepte de manger mes natures mortes… une fois que j’en ai ôté les fibres. Au fait, si je n’ai pas les capacités d’un druide pour lire les augures dans les entrailles de poisson, je peux tout de même vous dire qu’au final, ce joli maquereau était une belle maquerelle, et que c’est excellent en papillote.

fil artisanal art textile maquereau soie

Une réflexion sur « Un beau maquereau »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *