Jeu des 8 erreurs : la solution !

Vous avez été très nombreux à jouer au petit jeu que je vous ai proposé hier. Je suis sûre que vous avez trouvé toutes les différences entre mes deux photos, mais je vous en avais promis la liste, la voici !

 

  1. Le flacon de teinture bordeaux n’était pas dans le bon sens. Oui, je sais, je suis maniaque.
  2. Mon mouton extraterrestre en avait assez d’avoir le soleil dans l’œil.
  3. J’ai eu besoin d’un cône de fil pour un retors.
  4. Shaun le mouton n’a pas réussi à tenir en place. Quel asticot, celui-là !
  5. J’ai eu une soudaine envie de filage et je n’ai pas reposé le fuseau dans le bon sens.
  6. Finalement, j’ai décidé de ne mettre qu’un seul marron sur ma mèche de BFL.
  7. J’ai rangé mon coton gris argent.
  8. J’ai bu mon thé, bien sûr !

Et si on jouait au jeu des 7 erreurs ?

J’ai passé les dernières semaines à ranger mon atelier, c’est un bonheur de me remettre enfin au travail. Aujourd’hui, séance de teinture… Mais je profite aussi de ce beau soleil pour faire une photo. Et même, deux photos… De l’une à l’autre, j’ai déplacé quelques petites choses. Je vous propose de jouer au jeu non pas des 7 mais des 8 erreurs (j’ai toujours tendance à en rajouter, appelez-moi “Madame Plus” !).

Les trouverez-vous toutes ? La solution, c’est pour demain ! 🙂

Étagère à teintures

étagère teintures dupont

La meilleure chose à faire, quand on a besoin d’un meuble pour ranger ses teintures… c’est encore de le fabriquer soi-même, sur mesure. Lattes et cornières de bois, une petite scie à onglet que j’utilise rarement mais que j’apprécie toujours (je suis incapable de couper droit sans guide ;-), de la colle, des clous et un marteau, un peu de peinture… et me voilà capable de ranger cinquante flacons ! Oups, c’est déjà plein… Sur chaque flacon, j’ai collé un morceau de papier absorbant sur lequel j’ai déposé la teinture correspondante au pinceau, cela permet à mes stagiaires comme à moi de se rendre compte d’un coup d’œil, en rentrant dans l’atelier, de ce qui nous fait envie ce jour-là. Miam !

étagère teintures dupont étagère teintures dupont

Anneaux marqueurs

anneaux marqueurs

Rien ne me ravit plus que le mélange du bois et du métal. On trouve aujourd’hui facilement des assortiments de perles réalisées avec des graines ou des petits bouts de bois. J’ai fait ces anneaux en assemblant un de ces assortiments, et un assortiment de perles en métal, et en utilisant quelques mètres de coton ciré et des tubes à écraser.

La démarche est si facile que je n’ai pas besoin de vous faire un tuto… La première précaution à prendre concerne le choix de vos produits ; si vous ne voulez pas vous esquinter les doigts et finir par pousser des rugissements en trépignant (si si, j’en suis parfaitement capable), commencez par comparer le diamètre de votre fil à celui du trou des perles. Le fil doit y passer plié en deux, donc essayez de trouver du coton ciré assez fin (entre 0,5 et 1 mm).

Coupez autant de morceaux de coton que vous ferez d’anneaux (ici il y en a 20 car j’avais 20 perles en bois dans mon petit sachet, et franchement, dès qu’on commence à faire un peu de dentelle, 20 est un tout petit minimum ;-), d’une longueur de 15 cm, pliez-les en deux et fermez-les avec un nœud.

Enfilez dessus votre choix de perles. Comment attirer votre coton plié en deux à travers la perle ? Selon le diamètre, votre équipement et votre patience, plusieurs astuces sont possibles. Vous pouvez utiliser une aiguille à perler, un enfile-aiguille, un petit crochet… ou simplement un bout de fil de Nylon ou de coton bien solide plié en deux aussi.

Bloquez les perles contre le nœud du fil et empêchez-les de sortir de la boucle avec un tube à écraser (il faut une petite pince pour cela). Si le diamètre du trou de la perle est supérieur à la largeur du tube une fois qu’il est écrasé, elle ressortira ; pour l’éviter, changez l’ordre des perles ou ajoutez une perle plus petite avec un trou moins gros.

Mon stockage préféré pour ces petits accessoires de tricot, c’est un anneau de classeur : cela se trouve dans les magasins de papeterie et fournitures de bureau et ça sert vraiment à plein de choses. Ils sont parfois un peu durs à ouvrir et fermer au début, mais ils finissent généralement par s’assouplir à l’usage.

anneaux marqueurs anneaux marqueurs anneaux marqueurs

Les fiches gratuites sont de retour

Elles avaient disparu lors de la refonte du blog… (Non, ma cervelle n’est pas creuse, elle est juste quasi totalement envahie par la laine !) Heureusement qu’une copine est venue me taper sur les doigts : revoici le sommaire des fiches gratuites à télécharger. Vous le trouverez en cliquant sur “Fiches gratuites et patrons”, dans la colonne de gauche.

Voici un modèle d’écharpe toute mousseuse en crochet à la fourche. Il se nomme “Paris Nord” et vous pouvez aussi le trouver sur le site Tricotin.com.

modèle patron écharpe crochet fourche paris nord

Toujours des anneaux…

anneaux marqueurs

Rien n’est parfait en ce bas monde… autant j’adore le modèle Sweet Dreams que je vous ai montré hier, autant, je dois l’avouer, moi qui suis assez novice en dentelle et prompte à me tromper, donc obligée de séparer tous les motifs par des anneaux marqueurs… eh bien, j’en ai tellement utilisé qu’il a fallu en refaire au débotté ! Heureusement que j’ai un petit stock de perles en souffrance !

Un stage pour travailler la pâte d’argent

bijou en pâte d'argent

La semaine dernière, j’ai eu la grande chance de passer tout un dimanche avec Kenji, fondateur de Kenem Bijoux et, entre autres, formateur dans le travail de la pâte d’argent.

D’abord c’est quoi, la pâte d’argent ? Eh bien, moi, je trouve que c’est un peu de magie… C’est une pâte presque semblable à de la pâte Fimo ou à de la pâte à modeler, sauf qu’elle est constituée de particules métalliques unies par un liant. Il faut la cuire, tout comme la Fimo, mais à une température beaucoup plus élevée. Et le résultat est vraiment en métal… Il y a différentes pâtes, bronze, cuivre, or et j’en passe, mais j’ai toujours eu un faible pour l’argent et c’est donc cette matière que j’ai choisi de travailler pour ce stage d’initiation.

Voilà ce que j’en ai ramené : ces deux pendentifs en argent fin (un grand merci à Kenji pour les photos qu’il a prises pour moi, son matériel est bien meilleur que le mien). Le premier, fabriqué à l’aide d’une “plaque de texture”, m’a permis d’apprendre diverses techniques utiles, comme la pose d’une bélière et la confection d’un petit colombin pour la finition du bord du bijou. Il a été cuit au chalumeau, une technique sur laquelle je ne me serais jamais lancée seule et j’avais bien raison, car elle nécessite de bien connaître la “couleur de cuisson” idéale et rien ne vaut les conseils d’un maître. Le second a été l’occasion d’apprendre à fabriquer un moule en silicone : nous avons pris l’empreinte d’un joli coquillage que nous avons reproduit en argent. Celui-ci a été cuit au four, car il est un peu plus épais. Les deux pendentifs ont été oxydés dans une solution de soufre. Le premier a des reflets bleu-vert, le second gris très foncé.

Ai-je besoin de vous avouer, maintenant que vous me connaissez, que je suis rentrée chez moi en dansant à moitié, ravie et stupéfaite d’être parvenue à un tel résultat ? Je réfléchis intensément aux fils que je vais fabriquer pour les monter en collier, et mon cerveau en ébullition rêve d’ores et déjà aux pièces particulières que je vais pouvoir créer dans quelques mois – je n’aurai certainement pas le temps de m’équiper avant le marché de Noël qui est la grande échéance de cette fin d’année et je préfère le faire en début d’année prochaine, dans le calme – pour marier à mes fils fous.

Un grand merci à Kenji avec qui j’ai passé un moment à la fois amical et très stimulant. Nous avons beaucoup papoté, ce qui est assez inévitable quand deux passionnés se rencontrent, même s’ils ne partagent pas (encore) la même passion. Mais nous n’avons quand même pas chômé, car c’est un excellent pédagogue qui a su m’apprendre les bons gestes et a répondu à toutes mes questions ! Bref, j’ai fait une très belle rencontre et je souhaite la même à tous les passionnés de bijoux qui souhaitent aller un peu plus loin…

bijou en pâte d'argent

Anneaux marqueurs

anneaux marqueurs

C’est en faisant mon premier châle en dentelle que je l’ai constaté : des anneaux marqueurs, il m’en fallait beaucoup plus que ceux que je m’étais faits il y a quelque temps. Hop, en voilà trois de plus, tout frais tombés de ma boîte à perles… Hum, ceux-là sont un peu chics : je crois qu’ils seront réservés aux milieux de travaux, ou aux côtés quand j’adapterai un pull aux aiguilles circulaires ! J’aurais presque pu les porter en boucles d’oreilles…

Broche “pompon”

pompon

Amusée par le pompon ébouriffé de mon cache-théière en laine élastique, Renata m’a demandé si je pouvais lui faire une broche dans le même genre. Aussitôt dit, aussitôt fait, et même au-delà puisque je lui ai concocté cette broche à pompons “interchangeables”… À la base, un support à fibule au bout duquel j’ai fixé une perle en métal “ressort”, car je voulais que le support de la broche reste assez léger. Pour accompagner la fibule, plusieurs pompons (avec mes restes de laine filée main) ; il suffit de choisir celui qu’on veut assortir à la tenue, de l’enfiler sur la fibule et de fixer celle-ci au vêtement, et le tour est joué ! On peut même, si on veut, en mettre plusieurs. Vous avez peut-être remarqué que mes pompons sont un peu différents de ceux qu’on coud au bout des bonnets de ski… si leur confection ultrasimple vous intéresse, la fiche à télécharger est ici.

pompon pompon pompon

Anneaux marqueurs

anneaux marqueurs

En continuant sur l’inspiration des anneaux marqueurs tout légers en perles de laine feutrée fabriqués pour Zouzou, je m’en suis fait aussi une série avec les résidus de cardage de ma “Reine des neiges”. Mais oui, moi aussi je vais me lancer dans le tricot dentelle – depuis que j’en ai envie ! Zouzou m’a offert un très beau fil qui fera sûrement merveille. Hélas, je dois attendre d’avoir fini mes encours de tricot… Pas question de monter une seule maille de dentelle avant d’avoir terminé la layette en souffrance… Je dois avouer que ça m’arrange sans doute un peu, car je me sens impressionnée par la tâche qui m’attend.

anneaux marqueurs