Pochette confinée, mais fleurie

pochette cousue main en tissu et sangle inkle loom

Nous ne sommes plus supposés être confinés, mais il n’est quand même pas simple de prendre les transports en commun en région parisienne pour le moment. Et je n’ai pas de magasin de tissu près de chez moi. J’ai donc fabriqué mon cadeau de fête des Mères avec ce qui traînait dans mon atelier… mais, je vous rassure, il y a largement de quoi faire ! Avec ma manie de ne rien jeter, presque toutes les chutes de tissu de mes vêtements sont prêtes à se transformer en petits ouvrages. Sans compter que ma mère me donne de temps en temps des morceaux de tissus anciens et beaux dont elle n’a pas pu se séparer.

Et je peux vous le dire, tout au long de ce confinement, j’ai béni ma tendance à accumuler du matériel et des matières premières – et ce dans tout les domaines, même celui du papier et du toner d’imprimante !

pochette cousue main en tissu et sangle inkle loom

Par exemple, ce très beau tissu à fleurs vient de rideaux que ma mère a confectionnés il y a des décennies. Il en restait très peu, mais cela suffisait pour les poches (extérieure et intérieure) d’une petite pochette à porter en bandoulière. C’est ce qu’elle préfère utiliser pour aller faire du shopping. J’ai fouiné dans mes chutes de lin pour le sac en lui-même et sa doublure, j’avais déjà le fil et le bouton magnétique, je n’ai acheté que la fermeture à glissière.

En fait, le confinement ayant causé une certaine sur-occupation de notre appartement dans la journée, j’ai dû souvent retransformer mon atelier en bureau et le partager, donc oublier toutes les activités exigeant un gros déploiement de désordre et de matériel encombrant : tissage, cardage et filage fantaisie, teintures… Je me suis restreinte au tricot et au filage au fuseau, mais j’ai quand même essayé d’avancer mes nombreux projets de couture.

Or, devant quelques pièces de vêtement un peu plus compliquées, j’ai parfois un blocage de couture. Je m’attends à des difficultés ou des gestes fatigants (manipuler plusieurs mètres de tissu très lourd pour tailler un grand peignoir en nid-d’abeilles de lin, par exemple) et une grosse flemme m’envahit. Dans ces cas-là (et ça vaut pour bien des types d’ouvrage), il faut “réamorcer la pompe” avec quelque chose de rapide et facile. Or, en couture, ce que j’aime faire, c’est des petits sacs. J’ai donc décidé de faire une série de sacs pour me remettre en selle… d’où cette pochette.

Le modèle est assez simple à réaliser, même si j’ai toujours quelques difficultés à faire des finitions parfaites au niveau des fermetures à glissière ; il permet d’utiliser de petites pièces de tissu en savourant le plaisir d’assortir les couleurs. En plus, j’ai quand même pu tisser un peu sur mon inkle loom, qui n’est pas aussi encombrant qu’un vrai métier, pour réaliser une bandoulière assortie… avec les restes de coton de mon plaid Nuts About Squares. Ils étaient pile-poil dans la bonne harmonie de couleurs !

pochette cousue main en tissu et sangle inkle loom
pochette cousue main en tissu et sangle inkle loom

2 réflexions au sujet de « Pochette confinée, mais fleurie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *