Barboteuse d’été

barboteuse

C’est dans Intemporels pour bébés que j’ai trouvé le patron de cette petite barboteuse toute légère pas difficile à réaliser. Les dessins, quant à eux, sortent tout droit de Motifs de transferts pour enfants, et ont été réalisés avec de la peinture pour soie Pébéo Setasilk, bien que j’aie utilisé du voile de coton très léger en provenance du très beau site Entrée des fournisseurs, teint en turquoise avec de la teinture Dylon. Eh oui, la peinture pour soie, ce n’est pas que pour la soie ! Je vous ai déjà montré que je l’utilisais pour décorer le jersey

Brassière toute douce pour monsieur Bébé

layette

Cette laine Phil’Peluche – que je ne pourrai jamais reproduire en filant moi-même – est d’une douceur inouïe avec ses milliers de petits poils… Qu’imaginer de plus confortable pour la peau d’un nouveau-né ? Je me suis inspirée d’un modèle fiche Atlas (j’ai mis fin à mon abonnement et trié tous les modèles qui m’intéressaient histoire de faire don des autres ; il en reste peu, mais de quoi quand même m’occuper les aiguilles), sauf que le motif de nounours ne me plaisait pas trop – et puis, faut-il l’avouer… Je ne suis vraiment pas douée pour le jacquard. Donc j’ai tout tricoté en uni et j’ai ajouté ma touche déco personnelle après ! Le petit bonhomme est une image trouvée sur Internet par mon amie Virginie un peu avant “l’échographie révélatrice”. Je l’ai reproduite sur un morceau de feutrine avec la bonne vieille méthode du calque (on imprime à la bonne taille, on repasse sur le dessin avec un crayon très gras, puis on applique sur le tissu en frottant bien et la poudre de graphite vient se déposer sur le tissu… magique !), puis je l’ai fixée sur la brassière avec des épingles et je l’ai brodée, la cousant en même temps. Quelques mèches de laine blanche piquetées à l’aiguille sont venues faire les cheveux, et c’était fini ! Avec le reste de laine, j’ai pu ajouter un petit bonnet fait au pif (plus rapide que de chercher un modèle correspondant à cette laine et à la taille naissance…). Ce sera la première tenue du p’tit gars ! J’ai hâte de le voir dedans…

bébé brodé

Un petit blouson pour Bébé

blouson

Quand j’ai vu cette laine multicolore à 1 €, dans un panier de soldes, j’ai craqué sans réfléchir. Pourtant il n’y avait qu’une pelote, ce n’était pas très malin ! Mais je me disais que je trouverais bien à l’employer dans un autre ouvrage, et je suis passée à la caisse.

Cet encours est entamé depuis un moment, si bien que je suis incapable de vous dire quel est le nom de cette laine (de toute façon elle n’est plus fabriquée) ni de quel modèle je me suis lointainement inspirée pour faire le blouson à capuche. Il me semble que c’était un modèle gratuit sorti de la tricothèque de Bergère de France, mais je n’en suis pas sûre. Bravo !!! Toutes mes excuses… Mais je me souviens avoir complété avec de la laine grise de chez Gil et Puce, mise en double pour que l’échantillon corresponde à peu près. Après, j’ai un peu bidouillé le nombre de mailles pour que cela corresponde encore mieux…

Ce qui fait que ce blouson a patienté longtemps sur la pile des encours, c’est que je voulais faire les boutons moi-même, en fimo, pour accentuer le côté multicolore de la laine, et que je n’avais aucune envie de sortir tout mon attirail de fimo pour faire quatre boutons. De plus, je me demandais comment arranger les couleurs entre elles et sous quelle forme les présenter. Finalement, j’ai eu l’idée de ces rayures arc-en-ciel, séparée par un gris minéral contenant de petites paillettes. J’ai profité d’une fournée de petites choses en fimo, et voici mes boutons ! Pour les faire, rien de plus simple ; j’ai collé les uns contre des autres de fins boudins de chaque couleur, j’ai légèrement aplati au rouleau pour obtenir une bande dans laquelle j’ai découpé les boutons à l’emporte-pièce, et voilà le travail.

boutons

Kitchissime punkette

layette

Il me restait un peu de cet écossais sublime pour lequel j’ai craqué chez Dreyfus à la rentrée (je parle du tissu et non pas d’un bel Highlander – je rencontre beaucoup de gens entre les étals de mon pourvoyeur d’étoffes favori mais, jusqu’à présent, pas d’Écossais en jupette… dommage…). J’y ai taillé un petit pantalon taille 3 mois, avec une petite brassière dans une chute de cet adorable lainage fin anthracite dont j’ai toujours des stocks car j’adore le travailler, il convient à tout. Les deux modèles viennent du livre Intemporels pour bébés de Citronille. Sur la brassière, une guitare en strass thermocollants (donc pas faciles à photographier…), histoire d’étrenner mon fer à strass (bien pratique ces petites choses !!!) et de faire un clin d’œil au papa de Chiara, qui est un peu “gratteux” sur les bords…

guitare

Geisha en fleurs

jacquard

Encore de la layette… Cette fois-ci, je vous montre une tenue imaginée pour la petite Chiara… Sa maman est tatillonne sur le chapitre des dentelles, petits cœurs et autres nœuds de ruban (sa phobie !!!), mais elle est incapable de résister à une petite Japonaise.

Je me suis inspirée encore une fois d’un modèle Phildar : une grenouillère bien pratique et bien chaude pour cet hiver… Oui, mais il y a un cœur, vade retro ! Bon, qu’à cela ne tienne, j’ai repris la grille jacquard d’une petite geisha qui orne une veste Bergère de France de ma pitchoune, grâce aux aiguilles magiques de ma mère. Pour ma part, je me suis contentée de la rebroder maille par maille car je ne suis pas douée du tout pour le jacquard… Bon, allez-vous me dire, elle a changé la couleur, changé le dessin… Ce n’est plus du tout la même grenouillère ! Eh non, c’est la grenouillère de Chiara, maintenant. Un petit mannequin de trois semaines qui porte mes créations avec beaucoup de classe…

jacquard

Tenue de naissance brodée

broderie

On ne fait jamais des ouvrages follement sophistiqués en taille naissance. Sans doute estime-t-on que c’est bien de la peine pour des vêtements qui ne seront portés que quelques semaines ou, au mieux, quelques mois. Mais je trouve cela si mignon, et pourquoi ne pas recycler ensuite ces ouvrages en habits de poupon pour la grande sœur ? D’ailleurs, il faut également penser que c’est souvent dans ses premières semaines qu’un nourrisson reçoit le plus de visites dont il est l’exclusif point de mire (qui se soucie vraiment des parents après une naissance… ?), normal qu’il soit vêtu comme un roi !

Voilà donc une petite tenue en voile de coton chocolat trouvé avec ses boutons de nacre assortis sur le très beau site Entrée des fournisseurs (je vous l’avais dit que j’étais dans ma période turquoise et chocolat), inspirée d’un pantalon tout simple et d’une jolie brassière dénichés dans le magnifique Intemporels pour bébés. Les finitions n’étaient pas aussi impeccables que j’aurais pu le souhaiter, mais j’ai habilement « détourné le regard » en ajoutant deux oiseaux brodés tirés du non moins magnifique Broderies viking, donc brodés au point de tige et au point très rares mais très beau (et pas bien difficile, je vous le promets) caractéristique de notre chère Tapisserie de Bayeux. Les Normandes s’y reconnaîtront peut-être !

oiseau brodé

Brassière façon jacquard

layette

Encore un peu de tricot pour “Numéro Un”, le bébé de Renata, qui n’a pas encore de prénom (à ma connaissance) ! J’ai pris un petit modèle de brassière tout simple et je me suis inspirée de jacquards que j’avais eu l’occasion de faire par le passé (par exemple le gilet Gil et Puce offert à ma belle-sœur pour son petit garçon) pour des rayures façon Clayeux, dans des tons chocolat, rouge et orangé. Quelle chance, j’ai trouvé un pyjama orange assorti pour aller avec ! Ce qui n’est pas facile, car en taille naissance, sorti du rose, du bleu ciel et du blanc, c’est morne plaine… Mesdames et messieurs les stylistes en layette, par pitié, lâchez un peu la bride à votre imaginative ! Les nouveau-nés ne sont pas des légumes, ils ont droit à la couleur ! Et leurs mamans aussi…

layette

Ne réveillez pas le chat qui dort…

layette

Et une petite brassière de naissance, une ! Pour aller avec cet ensemble rouge body + salopette acheté chez DPAM… La layette, ce n’est pas que du tricot, même si on trouve moins facilement des patrons – surtout en taille naissance. Si l’une de vous a une bonne adresse, je suis preneuse !

Il me restait de ce lainage anthracite que j’adore et que j’achète par kilos entiers (j’exagère à peine). Mais oui, les bébés aussi ont le droit de porter des tons foncés ! Surtout si on joue le contraste avec une couleur bien pétante, comme ce rouge par exemple.

J’ai exhumé de mes placards un livre qui date de ma première grossesse : Ouvrages pour Bébé. Des patrons très simples que l’on peut customiser à plaisir…

Ici, j’ai choisi un chat en laine feutrée appliqué à l’aiguille, agrémenté de quelques points de broderie pour les moustaches et les « Z Z Z ». Chut, il dort ! Ne le réveillez pas. Une bordure au point de feston apporte encore un peu de couleur. Génial, le point de feston, pour personnaliser un petit vêtement ! En plus, c’est rapide et facile à faire !

Deux petits nœuds de ruban rouge ferment la brassière dans le dos. Pour qui cet amour de premier vêtement ? Devinez !

Brassière ornementée

brassière

Ah ah, encore un bébé à paraître chez une de mes amies ! La bonne excuse pour reprendre les aiguilles. J’ADORE faire de la layette. C’est si petit, si rapide ! Et puis, je peux laisser libre cours à mes idées…

… enfin, pas tout à fait, car Renata est une future maman très moderne qui se hérisse d’avance devant ce qui accompagne la layette dite classique : petits nœuds, couleurs pastel, broderies bucoliques à la limite du niaiseux… Je suis assez d’accord avec elle, bien que je craque tout de même de temps en temps sur la broderie anglaise et les petits rubans. Mais bon, là, l’essentiel était de lui faire plaisir, donc pas de rose bonbon, de jaune poussin ni de lapinous.

C’est un modèle tiré d’une fiche Atlas (eh oui, j’ai fini par m’abonner, même si je me répète régulièrement que je devrais y mettre fin car sur chaque envoi de fiches, bon nombre ne me plaisent pas du tout… il y a tout de même ici et là quelques modèles adorables, heureusement) et tricoté avec de la laine Phildar. Ce qui m’a fait craquer ? Les manches raglan, car c’est ce que je préfère, et les côtes, qui donnent un aspect douillet.

Ah, je suis fière, c’est une création totalement personnelle ! Je voulais vérifier les dires de Ccil,  au cours du stage que j’ai suivi auprès d’elle, au sujet de la facilité de décorer des ouvrages tricotés avec de la laine feutrée. Je me suis en effet bien amusée à ajouter à ma brassière ces fleurs de laine ! Inextricablement mêlées aux fils du tricot, elles ne bougeront pas au lavage, j’en réponds ! Quelques points de broderie par là-dessus ont donné du fini à l’ensemble. Et, quelle chance, j’ai trouvé chez Absorba un pyjama et deux minuscules bodys assortis pour aller avec ! J’ai hâte de voir cela sur le bébé… mais il va me falloir attendre le mois de novembre… patience !

brassière